Famille Astier, je vous aime ! Ode à Simon

 

Fidèle lecteur, fidèle lectrice, tu sais déjà que la famille Astier compte le talentueux Alexandre. Mais comble du bonheur, elle compte aussi le non moins talentueux Simon, petit frère du sus-nommé.

Comme pour son frère Alexandre, j’ai découvert Simon grâce à Kaamelott. Il y joue Yvain, le beau-frère du roi Arthur : un ado rebelle, fainéant, couard, naïf, ayant quelques petits soucis de vocabulaire et traînant à longueur de journée avec son pote Gauvain. Et il faut bien le dire, il l’interprète à merveille !
Kaamelott cessant d’être diffusée, j’ai quelque peu laissé Simon de côté, regardant du coin de l’œil Off Prime qui racontait la fausse vraie vie de Virginie Efira. Cela n’a pas vraiment cartonné, mais il me faisait toujours bien rire.
Été 2009, Thanandra me parle d’Hero Corp, série créée, écrite, réalisée par Simon Astier et dans lequel il interprète le personnage principal. Elle est alors diffusée sur France 4 et m’en dit le plus grand bien. Ce sont les vacances, j’oublie et le jour où je décide enfin de regarder, la saison venait de se terminer. Les mois passent et j’entends de plus en plus parler de cette série, je vois quelques extraits passer sur la toile et voilà que je regrette amèrement mon étourderie estivale.
Été 2010, la saison 2 d’Hero Corp va être diffusée sur France 4. Cette fois, il est hors de question que je me fasse de nouveau avoir : je suis au rendez-vous tous les soirs et je ne le regrette pas. J’accroche tout de suite et me voilà en train de rire comme une idiote devant ma télé. Après 15 épisodes qui ont filé à la vitesse lumière, je suis en manque : ni une, ni deux, je commande le coffret de la première saison et j’ai droit à un petit sursis.
Vous allez me dire : t’es bien gentille Astiera, mais ça parle de quoi Hero Corp ? Ah, comme il est difficile d’être series addict : faut toujours tout expliquer aux profanes 😉
Hero Corp parle de super-héros reclus dans un village au fin fond de la Lozère parce qu’avec l’âge, leurs pouvoirs se sont dégradés, parce qu’ils sont fatigués d’être des super-héros ou parce qu’ils doivent se cacher. Bref, ils y passent des jours paisibles jusqu’à ce que The Lord, le terrible super-vilain que tout le monde croyait mort, refasse son apparition. Ils n’ont d’autre choix que de faire venir John (Simon Astier), un civil qui ignore tout de ses pouvoirs et dont le destin est de les sauver tous.
Alors oui, la série est parfois un peu bancale, il arrive parfois que le jeu puisse être perfectionné, mais l’essentiel est sauf : on s’attache aux personnages et on se laisse embarquer. Et surtout, les dialogues sont très réussis et souvent délicieusement absurdes. On aimerait tant que Captain Sahmpoing redevienne Acid Man, on est touché de voir Klaus refuser son pouvoir de télékinésie et tout faire pour être l’homme le plus fort du monde et on prend beaucoup de plaisir à détester les traîtres de service.
Je dois reconnaître que mon chouchou n’est pas John, mais Doug, interprété par le très bon Sébastien Lalanne : un ancien avocat de la mafia, qui se fige dès qu’il détecte un mensonge (qu’il le dise ou qu’il l’entende) et, qui, surtout, gueule en hurlant.
Malheureusement, les audiences n’ont pas été suffisantes et une troisième saison est plus que compromise. Pourtant, cette série décalée vaut vraiment le coup.

Mais revenons-en au sujet principal de ce billet : le petit Simon Astier (je me permets de l’appeler ainsi car il est plus jeune que moi, mais en fait, c’est un grand gaillard).
Voilà donc un jeune homme qui mène de front l’écriture, la réalisation, le jeu et la post-production d’une série au budget minimal et le tout avec maîtrise. Cette série est née d’une envie et il s’est donné à fond pour la mener à son terme et rien que pour ça, je dis chapeau !
Mais Hero Corp, ce n’est pas que la télévision : une websérie est normalement dans les cartons et une BD façon comics sortira pour Noël 2011 et racontera ce qui s’est passé 20 ans avant la série. On n’en a donc pas fini avec Hero Corp et c’est tant mieux !

Et puis, Simon Astier est adorable avec ses fans et j’ai eu l’occasion de m’en rendre compte à plusieurs reprises ;-). Alors, retenez bien son nom, on devrait continuer à en entendre parler !

Je laisse le mot de la fin à Thanandra :

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *