Les créateurs, mes héros

Bien sûr, un series addict est fan des acteurs : que serait une bonne histoire si elle était mal jouée ? Mais un series addict ne s’arrête pas seulement à cette partie visible de l’iceberg (bon ok, je prends mon cas pour une généralité, mais faut bien se la péter un peu non ?). Ce qui me passionne, c’est le comment ça se passe.

Par le comment ça se passe, je ne parle pas du tournage, phase essentielle du processus bien sûr, mais qui ne m’intéresse pas plus que ça. J’ai vu plusieurs making of et il en ressort surtout un travail long, stressant et fastidieux.
Non, par le comment ça se passe, je parle du travail d’écriture. Aimant écrire, il est sans doute naturel que mon intérêt se porte sur ce domaine. Car soyons réalistes : les interviews d’acteurs au sujet de leurs personnages sont le plus souvent creuses et peu pertinentes (exception faite de Michael C Hall et Jon Hamm). Et pour cause, les acteurs n’ont aucune prise sur leurs personnages : même s’ils peuvent avoir leur mot à dire ponctuellement, ils jouent ce qui est écrit. Ceux qui connaissent le mieux les personnages, ce sont les auteurs et les scénaristes. Ce qui me touche le plus dans une série, ce sont ses personnages.

Aux États-Unis, les papes des créateurs de séries sont les showrunners. Ils chapeautent le travail des scénaristes, assurent le lien avec les producteurs, sont les garants de la cohérence de la série. Leur rôle est donc primordial et tout changement de showrunner en cours de route alimente craintes et spéculations.
Alors, lorsque j’ai appris que Clyde Philipps, showrunner des quatre premières saisons de Dexter donnait une conférence dans le cadre du festival Séries Mania à Paris, je n’ai pas hésité une seconde ! Et je n’ai pas été déçue ! J’ai surtout été ravie de regarder les séries US en VO car point de salut pour celui ou celle qui ne comprendrait pas l’english… Il était vraiment passionnant de l’entendre parler de Dexter, d’avoir sa vision du personnage et de comprendre un peu mieux ce que cela implique d’être un showrunner.
Pour celles et ceux que cela intéresse, une deuxième édition de ce festival est prévu du 11 au 17 avril, toujours au Forum des Images.

Mais une série, ce n’est pas seulement un scénario et des dialogues. C’est aussi un montage. On méconnaît trop souvent, et moi la première, ce travail. Fastidieux, il n’en est pas moins primordial : le montage est ce qui fait sens. Pour bien en comprendre l’importance, je vous recommande le chapitre 6 du journal de tournage de la prochaine série Signature, réalisé par Nowatch.tv.

Cette passion pour les créateurs explique également mon Astier addiction. Alexandre a écrit, réalisé et monté Kaamelott : on ne peut pas faire plus côté créateur absolu d’une série ! De son côté Simon, entouré de comparses, a lui aussi écrit, réalisé et monté Hero Corp. Il est toujours très intéressant de les entendre parler de leurs séries, de la manière dont ils voient les relations entre les personnages, de leurs évolutions. Si vous voulez avoir une idée de ce que cela donne, je vous conseille le très complet dossier du site Le Village consacré à Hero Corp où vous y découvrirez plusieurs interviews de Simon Astier.

Share

2 réponses sur “Les créateurs, mes héros”

  1. moi, je veux bien qu'on m'en explique davantage sur Sam and Dean ! so what ?
    hug
    une anonyme qui ne le reste pas lgtps avec un tel commentaire ! lol

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *