Vincent Cassel aurait fait un très bon Dexter

Non, non, non, cher lecteur, chère lectrice, je ne suis pas encore devenue totalement folle. Mais alors, pourquoi parler de Vincent Cassel sur un blog consacré aux séries ?

La raison est toute simple : j’ai vu Black Swan la semaine dernière. Je sais, je sais, pourquoi parler d’un film sur un blog consacré aux séries ? Sachez que ce film m’a totalement transportée et m’a amenée à développer une « Vincent Cassel monomania » passagère. D’interview en interview, de réflexion en réflexion, j’en ai conclu que ce qui me fascine chez lui, c’est ce qui me fascine chez Michael C Hall : leur façon de bouger et d’occuper l’espace.

Un point commun : la danse
Hormis le fait qu’ils soient tous les deux fort bien structurés (et oui, désolée, parfois il m’arrive de faire ma fille de base), ces deux acteurs ont eu la danse dans leur parcours.
Avec un père comme Jean-Pierre Cassel, Vincent aurait eu du mal à y échapper. Durant ses jeunes années, il a intégré une école de cirque. École de cirque dont la formation l’a mené à intégrer le monde du ballet. On peut donc dire qu’il a de très bons restes, très bons restes qu’il continue d’exploiter en pratiquant la capoeira, art martial afro-brésilien très exigeant physiquement.

De son côté, Michael C Hall a lui aussi fait ses preuves en tant que danseur en interprétant la comédie musicale Cabaret à Broadway. Bien sûr, sa maîtrise est moins impressionnante que celle de mon cher frenchie, mais il a le sens du rythme.

Image de prévisualisation YouTube

Une présence quasi féline à l’écran
Objectivement, Vincent Cassel et Michael C Hall ne répondent pas aux critères des canons de beauté à la Brad Pitt ou George Clooney. Et pourtant, dès qu’ils apparaissent à l’écran, ils captent toute l’attention. Leur présence, leur manière de bouger fait toujours mouche.

Dans ses interviews de promo pour Black Swan, Vincent Cassel explique que son parcours école de cirque/ballet a été très formateur et lui a appris à avoir du maintien, à prendre conscience de son corps. Un acteur, ce n’est pas qu’une interprétation de dialogues, c’est aussi habiter physiquement ses personnages.
Dans cette interview très intéressante, il explique que sur un tournage, il est toujours en quête de l’énergie permanente. Cela se ressent à l’écran.

Michael C Hall intègre parfaitement son corps dans son jeu. Dans Six Feet Under, on percevait immédiatement que David vivait dans un carcan, qu’il était emprisonné dans ses peurs et interdits.
C’est encore plus frappant avec Dexter. Lorsque mon tueur en série préféré (je sais, c’est typiquement le genre de phrase qui me fait passer pour une psychopathe) porte son masque en société, il est toujours en retrait, peu à l’aise, sur la défensive. En revanche, lorsqu’il enfile sa peau de tueur, ses gestes sont assurés, précis, il se déplace tel un chat sans un bruit et approche ses victimes avec un timing parfait (ça aussi, ça fait phrase de psychopathe, non ?).

Voilà, c’était le billet midinette du mois !

Share

6 réponses sur “Vincent Cassel aurait fait un très bon Dexter”

  1. @H : heu, tes cute guys sont souvient bien trop petits minets à mon goût 😉

    @Mp : pour cela, il faudrait déjà que je regarde un de ses films lol

  2. Je "plussoie" Mp! 😉

    J'amais vraiment accroché avec Vincent Cassel. En même temps je ne crois pas l'avoir vu dans ses meilleurs rôles. Par contre, je vois bien ce que tu veux dire pour Michael C Hall : c'est vrai qu'il change complètement de posture dans Dexter, entre les moments où il est lui-même et ceux où il se cache dans son rôle de "personne normale"

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *