Les Showrunners sont dans la place (ou plutôt sur Orange Ciné Max)

Depuis début février, Orange Ciné Max propose de plonger dans l’univers fascinant des showrunners de séries US. Virginia Vosgimorukian (réalisatrice et auteur) et Anthony Dubé (coauteur) n’ont pas fait les choses à moitié : ils ont choisi 12 showrunners comptant parmi les plus talentueux et les plus respectés de ces 10 dernières années.

Jugez plutôt :
Alan Ball pour Six Feet Under et True Blood
Vince Gilligan pour Breaking Bad
Clyde Philipps pour Dexter
Meredith Stiehm pour Cold Case
Shawn Ryan pour The Shield
Jason Katims pour Friday Night Lights
Glenn Kessler, Todd A. Kessler, Daniel Zelman pour Damages
David Shore pour Dr House
David Simon pour The Wire
Ronald D. Moore pour Battlestar Galactica
Carlton Cuse pour Lost.

Le parti pris des auteurs est intéressant : avoir un entretien d’une heure et demie (condition sine qua none pour que l’interview se fasse) avec chaque intervenant et demander à chaque showrunner quels membres de son équipe devraient aussi être interviewés.

Comme je l’ai déjà écrit ici, je suis une fan des créateurs, et des showrunners en particulier. Cette série documentaire a donc largement aiguisé ma curiosité dès les premières infos sorties.
J’ai donc regardé les épisodes consacrés à Alan Ball et au trio de Damages avec attention. Mes attentes n’ont pas été déçues.
Bien sûr, on vit un peu au pays des Bisounours, où tout le monde s’aime. Mais si vous êtes un créateur et que vous travaillez en équipe, il vaut mieux avoir un minimum d’admiration pour son “boss” ou ses “collègues”. Seul petit regret : les 30 minutes du format vont bien trop vite !
Il est vraiment captivant d’entendre ces showrunners, auteurs, réalisateurs et même acteurs (s’ils ont leur place dans le processus créatif) parler de leurs séries. Si vous voulez vraiment savoir comment est née une série, les questions qu’elle soulève, la façon dont sont façonnés les personnages, ce sont eux qui vous donneront les réponses.
On en apprend également un peu plus sur chaque showrunner et leur manière de travailler. Il est très intéressant de voir qu’ils ne peuvent concevoir leur travail en dehors d’une équipe. L’un des trois showrunners de Damages est très clair : pour lui, il est impossible qu’une seule personne chapeaute un projet à la télévision. Va falloir qu’on lui présente Alexandre Astier 😉

Si vous avez Orange Ciné Max, ne manquez pas ce rendez-vous du mardi soir à 22 h 30. Mais si, comme moi, vous n’êtes pas abonnés, ne sombrez pas dans l’abîme du désespoir : la chaîne les propose gratuitement sur sa page iTunes. Mais ne tardez pas trop avant de récupérer les épisodes car ils ne sont disponibles que pour une durée limitée (j’ai malheureusement manqué celui consacré à Clyde Philipps, mais j’ai assisté à l’une de ses conférences, donc je ne suis pas encore au bord du suicide). Je ne vous cache pas que la qualité de l’image n’est pas optimale sur iTunes et l’incrustation des intervenants sur les images de fond n’est pas toujours des plus réussies. Mais peu importe, ce qui compte, c’est ce qu’ils disent.

Et si vous voulez en savoir un peu plus sur les coulisses de cette série documentaire, je vous conseille d’écouter cet épisode du podcast Season 1 où vous retrouverez une interview de la réalisatrice.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *