Les acteurs derrière la caméra

Tout d’abord, il faut rendre à César ce qui appartient à César. Cette idée de post m’a été soufflée par Thanandra dans son dernier strip. Qu’elle en soit ici remerciée.

Aujourd’hui, cher lecteur, chère lectrice, je m’en vais te conter les merveilleuses aventures de ces acteurs de séries qui empruntent la casquette de réalisateurs le temps d’un ou plusieurs épisodes.
Aux États-Unis, il est assez répandu que les acteurs principaux soient aussi producteurs exécutifs. Un bon moyen d’avoir un oeil sur tout ce qui se passe et puis, accessoirement, cela doit être plus difficile d’être viré 😉
Mais il arrive également que les acteurs ont envie de dire « Action ! » et « Coupez ! ». Cela peut sembler étrange que des acteurs n’ayant a priori aucune expérience puissent réaliser quelques épisodes. Il faut savoir que la place du réalisateur n’est pas du tout la même de chaque côté de l’Atlantique. En France, il a un statut à part, on admire sa vision, sa technique… Aux États-Unis, il en est tout autrement. Ceux qui font les séries, ce sont les scénaristes, les producteurs et les showrunners, lorsqu’il y en a. Plusieurs réalisateurs tournent tout au long de la saison et tout ce qu’on leur demande, c’est de respecter les indications de la productions pour que tous les épisodes soient homogènes. On ne leur demande pas d’avoir une vision artistique de ce qu’ils filment, ils sont plus des techniciens de la mise en image.

Il n’est donc pas étonnant que des acteurs puissent y trouver leur place. Mais ce n’est tout de même pas si simple.
Michael Shanks (Daniel Jackson dans la franchise Stargate pour les hurluberlus qui me lisent pour la première fois ou qui ont vécu sur une autre planète ces 15 dernières années 😉 ) a rapidement voulu réaliser un épisode de Stargate SG-1. On l’a invité à bien regarder comment ça se passe et deux ans après sa demande, celle-ci était acceptée. Il s’attendait à un épisode « pépère » et manque de pot, il s’est retrouvé à réaliser un épisode dans lequel l’équipe SG-1 devait faire face à ses « doubles robotiques ». Ça sent le coup-fourré cette affaire.
Tate Donovan (Tom Shayes dans Damages) se souviendra longtemps de la première fois qu’il a dirigé Glenn Close dans cette série (voir l’épisode de la série documentaire Showrunners consacré à la série). Il était tout excité à l’idée de diriger Glenn Close et lors de la répétition de la scène, il n’arrêtait pas de parler et de donner des indications. Ce à quoi l’actrice lui a répondu par trois retentissants « Ta gueule ». On a connu moins humiliant 😉
Mais finalement, pour un acteur/réalisateur, le plus difficile est peut-être de jouer et de réaliser à la fois. John Slattery, le Roger Sterling de Mad Men, ne dit pas autre chose dans cette interview.

Et si au lieu de vous en parler, je vous montrais ce que cela donne un acteur qui réalise ?

Du côté de Sanctuary, tout semble couler avec Amanda Tapping.

Image de prévisualisation YouTube

Chez le Dr House, Hugh Laurie n’a pas chômé niveau travail préparatoire.

Image de prévisualisation YouTube
Share

2 réponses sur “Les acteurs derrière la caméra”

  1. Excellent sujet d'article, mais je me sens un peu frustrée. J'ai l'impression que tu aurais pu nous en dire plus, développer ton article au lieu de nous filer un avant-goût de ce qu'il aurait pu être. Donc, moi je dis REMBOURSEZ! Mais bon le peu que tu as bien voulu écrire est fort bien écrit…c'est déjà ça 😉
    Poutoux roses

  2. Ah, qu'ils sont exigeants ces chers lecteurs 😉 J'avoue, cette semaine, j'ai opté pour le post light. Rassure-toi, j'ai une petite idée de sujet qui sera bien plus développé.

    Mais merci quand même pour le compliment :p

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *