Smallville, my guilty pleasure

Et oui, il est temps pour moi de confesser ce terrible aveu : j’ai regardé les 10 saisons de Smallville, série qui s’est terminée il y a peu. Je sais, je sais, cela peut sembler étrange, car je dois bien l’avouer, on ne peut pas parler de chef-d’œuvre.

Pas mal de défauts

Alors oui, les premières saisons s’adressaient surtout à des ados en pleine révolution hormonale. Tom Welling (Clark Kent) n’est pas l’acteur le plus charismatique et a un jeu très stéréotypé. Les premiers scénarios étaient simplistes voire simplets. Lana Lang était insupportablement parfaite.

Et pourtant

Et pourtant, malgré tout ceci, j’ai regardé l’intégralité de cette série. Je ne pourrais pas vraiment vous donner d’arguments rationnels ou irréfutables. Je ne suis pas spécialement une grande fan de Superman, mais ado, je ne manquais aucun épisode des Aventures de Lois et Clark et je dois avoir gardé une certaine nostalgie. Et puis, j’adore Lex, Lionel, Chloé et Lois. Bon d’accord, je dois reconnaître que les cute guys qui finissent régulièrement torse nu ne sont pas étrangers à mon intérêt 😉 Et que dire de ce cher Michael Shanks en guest dans les deux dernières saisons ? Alors non, le final (smallvillien à souhait) ne m’a pas rendu triste, mais cela fait quand même un petit quelque chose de ne pas avoir de Smallville l’année prochaine.

Allez, pour le plaisir, le générique de la saison 6.

Image de prévisualisation YouTube

Share

3 réponses sur “Smallville, my guilty pleasure”

  1. it’s not a shame! (quoi que…) tant de beaux gosses au mètre carré, certes, mais aussi une BO plutôt sympa, non ?

  2. Et oui, Mp, mais pas aussi fan de Dean Cain que toi. Et puis, quand je la vois maintenant, au secours :p

    Tu a tout compris Mag !

Répondre à Astiera Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *