J’aime les séries de SF sans prétention, so what ?

Aujourd’hui, cher lecteur, chère lectrice, ne cherche pas un billet réfléchi avec une thèse à argumenter. Je tiens seulement à te faire partager mon amour des petites séries de SF qui ne se prennent pas la tête.

La SF et moi, ça fait un petit moment que cela dure. Si tu me lis depuis un moment, tu connais ma passion pour Stargate et si tu découvres ma prose, en voici la preuve ici, ici et ici.

Les petites séries de SF sont légion, surtout sur la chaîne SyFy. Mais, attention, je ne suis pas fan de toutes les petites séries de SF. Celles que j’affectionne particulièrement mettent en scène une (ou plusieurs) héroïne(s) principale(s), misent sur le fun et l’humour. Ces figures féminines sont bien sûr loin de la potiche : indépendantes, elles manient armes, répartie et intelligence avec brio. Et si possible, elles ont un ou plusieurs cute guy(s) dans leur entourage proche :p

Ces séries ne sont pas exemptes de défauts : pas de gros budgets pour les effets spéciaux, des scénarios pas toujours fignolés, des premiers épisodes un peu léger, mais heureusement, tout se complexifie par la suite et la mythologie de la série peut se développer.

Je pourrai parler de  Sancturay, série fun s’il en est, mais je lui ai déjà  consacré un billet. Je vais donc te faire découvrir, cher lecteur, chère lectrice, deux séries qui remplissent mes critères : Haven et Lost Girl.

HAVEN, QUI L’AIR DE RIEN, EST ATTACHANTE

Le pitch

Au fin fond du Maine, aux Etats-Unis, Haven est une ville où les malédictions ont sévi pendant plusieurs décennies. L’agent du FBI Audrey Parker est chargé d’enquêter sur d’étranges phénomènes surnaturels qui ont refait surface récemment…(

Le fait que cela se passe dans le Maine n’a rien d’étonnant puisque la série est inspirée de The Colorado Kid de Stephen King, publié en 2005. Les aventures d’Audrey Parker en sont actuellement à leur deuxième saison et je croise les doigts pour qu’il y en ait une troisième.

Ce qui me plaît

Tout d’abord pour son atmosphère qui tient beaucoup au lieu de tournage situé à Halifax et ses environs au Canada. Les paysages sont typiques et la météo capricieuse, ce qui donne des scènes avec une ambiance bien particulière. (Source : Allociné Séries)

Le personnage d’Audrey (Emily Rose) me plaît : un flic qui suit son instinct et à qui le paranormal ne pose pas plus de problème que ça. Ballotée de foyer en foyer durant son enfance, elle a très vite appris à se gérer et a un petit problème de confiance. J’apprécie également Duke (Eric Balfour) et pas seulement parce qu’il est plus que convaincant torse nu. Cet escroc égoïste (mais pas tant que cela bien sûr) a toujours la petite réplique qui fait mouche. Côté cute guy, il y a aussi Nathan (Lucas Bryant), le partenaire d’Audrey qui connaît de très près ce qui agite Haven.

Petite promo de la saison 1 pour vous mettre dans l’ambiance

Image de prévisualisation YouTube

 

LOST GIRL, DU FUN, DU FUN ET ENCORE DU FUN

Le pitch

Depuis trop longtemps, Bo est une succube qui s’ignore, aspirant l’énergie sexuelle de ses proies pour restaurer ses propres forces. Quand elle découvre sa vraie nature et l’existence d’une communauté secrète dont elle est issue, la jeune femme préfère garder son indépendance, refusant de se plier aux règles de ce monde composé de deux clans rivaux. Alors qu’elle apprend encore à maîtriser ses instincts meurtriers, Bo peut compter sur son amie Kenzi pour l’aider à s’adapter au mode de vie des humains. Ensemble, elles tentent de voler au secours de la veuve et de l’orphelin. Bo ne perd pas pour autant de vue son objectif : découvrir le secret de ses origines. (Source : Allociné Séries).

Je suis totalement passée à côté de la diffusion de la première saison cette année. Mais disons que cette série canadienne m’a été chaudement, mais alors très chaudement recommandée. J’ai donc profité de l’été pour la découvrir et je suis accro ! Je ne suis pas la seule, car si la première saison comptait 13 épisodes, la seconde qui commence dans quelques jours en comptera 10 de plus.

Ce qui me plaît

Lost Girl est une série à petit budget et mise toute son efficacité sur ses personnages. Point de créatures surnaturelles aux pouvoirs bluffant, mais des personnages diablement attachant.

J’adore Kenzi (Ksenia Solo), l’amie humaine de Bo (Anna Silk). Elle fugue à 15 ans, vit d’abord dans la rue avant de survivre en volant et en mettant au point toutes sortes de petites escroqueries. Kenzi n’est pas du genre à se lamenter sur son sort et a toujours le chic de sortir une réflexion qui me fait rire. Elle se la joue gros bras, mais elle ne rêve que d’une chose : appartenir à une famille, ce qu’elle trouve avec Bo et cet étrange monde des Fae (terme générique qui regroupe toutes les espèces d’êtres surnaturels).

L’héroïne est une succube, les scénaristes ont donc décidé de jouer à fond la carte du sexy sans en faire trop (comme dans True Blood par exemple. Oui, les séries qui mettent du cul, du cul et encore du cul sans que cela apporte quelque chose commencent à m’agacer quelque peu, je le reconnais). Résultat : vêtements de cuir, décolletés, torses nus… Et cette chère Bo a la très bonne idée de guérir ses blessures dans les bras du beau Dyson (Kristen Holden-Reid) , wolfman de son état.

Chaque épisode est réjouissant, on ne s’ennuie pas une seule seconde, manie le second degré et fait du bien après une journée de boulot. Que du bon je vous dis !

Allez, quelques images pour la route

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Share

2 réflexions au sujet de « J’aime les séries de SF sans prétention, so what ? »

  1. Alphas est sympa, même si c’est un peu du « easy watching ». il faudrait que je continue Haven, qui avait des choses intéressantes. Sinon Warehouse 13 etait sympa jusqu’a qu’il chope le syndrome des « equipes de scénaristes » (faudra qu’on parle de ça à l’occaz astiera 🙂 )

Répondre à Boucot Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *