Les séries comiques ne me font pas rire… en général

Aujourd’hui, cher lecteur, chère lectrice, je vais t’apprendre une terrible vérité : je ne suis pas une sériephile parfaite. Et oui, je dois confesser mon terrible défaut : je ne regarde pas les comédies. Pourquoi ? Parce que la plupart du temps, elles ne me font pas rire.

Je dois reconnaître que mon penchant naturel va vers les dramas, où les personnages sont tortueux, torturés, névrosés, complexes. En clair, les séries où la gaudriole ne se trouve pas à chaque réplique. Je fais pourtant quelques efforts et tente (parfois, ok, pas souvent) de regarder la dernière comédie dont tout le monde vante le pouvoir hilarant. Le résultat est toujours le même : à mon avis, je dois être immunisée. Je te rassure tout de suite, cher lecteur, chère lectrice, je ne suis pas du tout une personne sinistre, fantasmant la mort et portant sur chaque bras quelque scarifications bien déprimantes. Non, j’aime rire et faire rire. Mais alors, pourquoi ce rejet des séries estampillées “comiques” ?

Les sitcoms : un quotidien que je veux fuir

LA série comique par excellence est la sitcom. La recette ? Peu de personnages, peu de lieux, des rires enregistrés et des situations du quotidien : les amis et  les amours (Friends, Coupling, How I Met Your Mother, The Big Bang Theory à sa manière), le boulot (The Office, Caméra Café même si ok, c’est une shortcom et pas une sitcom), la famille (Modern Family).

Et voilà tout le problème : le quotidien. Des amis, des collègues, une famille, j’ai déjà tout ce qu’il me faut dans ma vie. Depuis toujours, j’ai fui le quotidien à travers mon imaginaire et celui que je découvrais lors de mes nombreuses lectures. J’adorais passer des heures dans une vie qui n’était pas la mienne, dans des pays qui n’étaient pas les miens, dans une époque ou un monde qui n’avaient rien à voir avec ce que je vivais tous les jours. D’ailleurs, mon amour pour les séries est tout à fait comparable. J’ai besoin de m’évader dans une bulle, de créer un lien avec des personnages au fil des épisodes et des saisons, comme je le faisais au fil des pages et des tomes.

Autre problème des sitcoms, les ressorts comiques qui ne fonctionnent pas vraiment avec moi. Les quiproquos, les clichés, les vannes faciles… Et surtout, l’humiliation de certains personnages. Je pense en particulier au pauvre Jeff de Coupling, qui n’arrête pas de se mettre dans des situations inextricables. Là où la plupart des gens en rient, ces scènes me mettent mal à l’aise et je n’ai qu’une envie, qu’elles prennent fin rapidement (du coup, je fais avance rapide, sacrilège ultime).

Les exceptions

Bien sûr, comme toute règle qui se respecte, il y a quelques exceptions.

Car oui, j’avoue, j’ai ri devant Un gars, une fille (l’exotisme de la vie de couple sans doute). Mais je te rassure tout de suite, cher lecteur, chère lectrice, je ne ris absolument pas devant Scènes de ménage dont je trouve le jeu d’acteurs plutôt moyen.

Oui, je ris devant Fais pas ci, fais pas ça (l’exotisme de la vie de famille sans nul doute). Mais comment résister au charme de Bruno Salomone et surtout de Valérie Bonneton absolument irrésistible en mère de famille nombreuse coincée et décalée ?

Evidemment, en tant qu’Astiera, comment passer sous silence les deux séries qui ravissent autant mes zygomatiques que mon cœur ? Comment ne pas évoquer Kaamelott et Hero Corp ? Si ces deux séries me font rire, c’est avant tout parce qu’elles sont bien écrites et qu’elles m’emportent dans les univers tout droit sortis de ces têtes bien faites et bien pleines. Dans Kaamelott, les personnages ne sont jamais caricaturaux, simplistes, Alexandre Astier a une sincère tendresse pour chacun d’eux. Et lorsqu’il arrive à dépasser le format de la pastille humoristique pour évoluer vers une épopée, tout fait sens. Je ne surprendrai personne en affirmant que je préfère le Livre V, saison la plus sombre, dans laquelle Arthur touche le fond. Pour Hero Corp, on est dans une logique similaire. Les dialogues et les situations sont comiques, mais ces personnages vivent avant tout une aventure, doivent se dépasser pour sauver le monde, ça rigole pas quoi !

Share

16 réflexions au sujet de « Les séries comiques ne me font pas rire… en général »

  1. J’voue que beaucoup de Sitcom abusent des situations eculés et surtout des rires enregistré.
    De plus c’est un genre qui ne passe pas la traduction: Friends en francais devient fadasse, les gags sont différents et ratés.
    Par contre je garde de très bon souvenir de That 70’s Show, Coupling (sauf la dernière saison) Two and half men (qui décline d’épisodes en épisodes) et d’autres sans ces horribles rires enregistrés comme Modern Family. Et j’en oublie!
    Oui les situations du quotidien sont parfois redondantes mais ce qui importe en effet c’est la qualité de l’écriture, et pour Coupling par exemple, les trouvailles de mise en scène (même scènes vu par 2 protagonistes, le montage « à l’envers » etc…)
    Bref, beaucoup de déchet pour les sitcoms mais des perles à ne pas oublier !

    • Comment ai-je pu oublier de parler de That 70’s Show, barrée à souhait ! Comme Malcolm d’ailleurs qui me bien fait rire aussi.

      Effectivement, j’ai regardé Friends et HIMYM en VF, ce qui n’arrange rien à l’affaire. Mais au-delà de cet écueil, j’ai du mal. Je ne nie pas le travail d’écriture de certaines sitcoms, je n’y suis pas vraiment sensible voilà tout.

  2. Tiens tiens, je remarque que tu ne fais pas mention de série comique anglaise.
    Pas amatrice du tout ?
    ( it crowd, black addler, father ted, red dwarf …)
    et OUI OH OUI MALCOLM !

  3. Récemment je me suis fait quelques Scrubs par nostalgie, c’était vraiment une bonne comédie aussi.

  4. Ouf, je me sens moins seule!
    Oui, c’est tout à fait ça. Très très juste, comme analyse. Et puis cela pourrait-il venir aussi du fait que nous avons grandi, et que ce qui nous faisait rire enfants, avec notre naïveté caractérisée, ne passe plus aujourd’hui l’évolution de notre esprit et de notre jugement? J’ai beaucoup ri à l’époque avec « Madame est servie », « Major Dad » et quelques autres. Mais je ne suis pas sûre que je les apprécierais autant aujourd’hui.

  5. Juste pour savoir, tu veux pas tester It’s always sunny in Philadelphia OU Kaboul Kitchen ? (ou je t’en ai déjà parlé, je sais plus…) Les deux sont particulières à leur manière !

    Il en faut pour tous les goûts en tout cas et je trouve que ta « défense » se tient très bien^^ En ce qui me concerne, je suis bon public en général même si j’intériorise beaucoup. Je ris peu mais mon « moi intérieur » s’esclaffe ou souris en tout cas xD Pas à toutes les comédies ceci étant, je reste très dubitative devant 2 broke girls…

    Reste que c’est pas non plus mon genre de prédilection^^

    bea scribouillage 😛

  6. Ne pas avoir vu It’s Always Sunny In Philadelphia ou Arrested Development c’est ne pas avoir vu de séries comiques.

    Je dis ça je dis rien, mais faut vraiment essayer.

  7. Merci pour vos conseils. Je compte regarder Kaboul Kitchen d’ici peu et je note It’s Always Sunny In Philiadelphia sur ma liste des séries en attente (liste qui se fait toujours plus longue).

    @Barbrouss : j’ai tout de même cité Coupling comme série anglaise 😉 Ok, je reconnais que cela ne fais pas très longtemps que je goûte aux joies des productions d’outre-Manche.

  8. Kaboul Kitchen c’est vraiment très bien et la série vient d’être renouvelée. Sinon dans les séries « Astier » tu n’as pas parlé d’Off Prime qui est vraiment sympatoche mais qui s’arrête brusquement, M6 l’ayant annulé après avoir maltraité la série pendant toute sa période de diffusion.

    Sinon en ce moment ma comédie préférée est de loin Parks And Recreation. A l’origine le projet était un spin-off de The Office, finalement c’est une série totalement indépendante mais avec des personnages plus attachants et plus « vrais » que dans The Office (que j’aime énormément aussi).

    Autre oubli majeur : Spaced ! Je ne sais pas si tu l’as vue ou pas mais si ce n’est pas le cas, saute dessus illico presto. Une création du trio magique Edgar Wright – Simon Pegg – Nick Frost absolument géniale. Très peu d’épisodes malheureusement mais quel plaisir !

    • Rassure-toi mon petit Boucot, je découvre Kaboul Kitchen pas plus tard qu’aujourd’hui et je te dirai rapidement mon sentiment.

      C’est vrai, Off Prime méritait bien mieux que le destin que lui a réservé M6.

      Et l’objet de ce billet n’était pas d’être exhaustif, vu que je regarde très peu de comédies, donc j’en connais très peu 😉

  9. Surprenant que tu ne parles pas d’humour anglais vu tes goûts…. Il y a réellement de bonnes choses outre atlantique et des séries drôles complètement barrées.

    PS/ pour Friends (oui j’avoue j’aime et ça me fait rire) petit erratum vu que la série était filmée LIVE devant un public et que les rires ne sont pas enregistrés. Maintenant la VF est tellement lamentable (sans compter les changements de doublage au fil des saisons) que je peux comprendre qu’on aime pas.

    Puis l’humour c’est tellement personnel, ce qui fait rire l’un ne fait pas spécialement rire d’autres personnes.

  10. Même conclusion en qui me concerne mais par des chemins différents.
    Les dramas ont ma préférence, ça a toujours été le cas. Les rares sitcoms que j’apprécie vraiment sont fait celles que je regardais plus jeune, comprendre Friends. Mon attachement ayant sans doute plus à voir avec la nostalgie, la douce habitude qu’il y a à revoir des épisodes que l’on connaît pourtant par coeur. Un peu comme quand je vais chez mes grands-parents: je sais que les discussions ne seront pas hautement philosophiques, et que parfois je me forcerai un peu (à rire, à compatir, à m’intéresser aux histoires de pédicure et de la cousine Yvonne), mais malgré tout, je m’y sens bien. Donc si tu es une sitcom et que tu veux me plaire il faut que tu m’aies séduite il y a dix ans. Point de salut pour les petites nouvelles? Je vous rassure, si. Mais il faut qu’elles remplissent les conditions suivantes: être britannique et/ou être novatrice du point de vue du ton ou du format (et de préférence être cynique).
    En d’autres termes: Miranda me fait hurler de rire, Black Books aussi (en plus de satisfaire mon côté acide). Je trouve The It Crowd drôle et intelligente dès qu’elle joue sur les excès. Parks & Recreation est tellement décalée qu’elle m’a conquise et Community est un laboratoire jouissif qui, s’il ne me fait pas toujours me tordre de rire, m’intéresse forcément. (Et au vu de sa qualité de laboratoire, il est normal que Community tombe parfois à côté de la plaque. Les expériences parfois, ça rate. Mais loin de moi l’idée de leur reprocher d’avoir essayé. Une seule crainte: que Community devienne une sitcom « normale ». Elle me perdra à coup sûr.)
    Pour ce qui est de tout le reste, je m’ennuie. Je m’ennuie devant Modern Family, devant Apartment 23, devant The Big Bang Theory (que j’ai regardée 3 saisons quand même par nostalgie de Friends et à cause de son côté geek, mais je me suis lassée), et même devant Happy Endings finalement (je l’ai aimée parce qu’elle jouait sur les références, qu’elle bousculait les stéréotypes de personnages, ou plutôt les redistribuait. Et parce qu’elle a eu le bon goût d’inviter le magnifique James Wolk.)
    Je partage ton envie d’évasion Astiera. Dans mon cas on est même plutôt du côté de la fuite du réel… Mais ce n’est pas le quotidien qui me lasse en tant que tel, ni les rires. Pour être honnête une chose me fait aimer la présence des rires sur les sitcoms : c’est toutes les autres réactions qui sont enregistrées en même temps : la jolie exclamation du public surpris que Sheldon prenne Penny dans ses bras me fait plaisir.
    Par contre j’ai besoin d’être surprise en matière de story-telling. Ce n’est pas le quotidien en tant qu’histoires qui m’ennuie, c’est quand la narration devient plan-plan, quand la fiction n’a pas joué son rôle. Je ne veux pas qu’une sitcom soit un simple miroir de la vie en plus drôle. Ou alors elle a intérêt d’être sacrément drôle. Plus qu’une soirée arrosée avec mes amis.

  11. Dieu merci les comédies ne se limitent pas aux sitcoms ! Ces derniers semblent faire un « retour » (si tant est qu’on ait jamais été en pénurie de sitcom) mais il y a quelques années, c’étaient les comédies en single camera qui avaient l’avantage et on a eu largement de quoi se régaler. J’ai moi aussi pendant longtemps été réfractaire au genre, et c’est avec une cure de bons sitcoms que j’ai guéri mes appréhensions (notamment un été épique qui m’a fait enchaîner un marathon The Golden Girls puis Will & Grace ; un peu plus tard je me suis fait une intégrale de Roseanne, les premières saisons accomplissent de véritables prouesses, même si ça te semblerait peut-être un chouilla trop « réel »).
    Les héritières de ces comédies en single camera sont les dramédies (notamment celles de Showtime, mais pas que) et il est clair qu’elles sont souvent plus prétexte pour moi à hurler de rire que des sitcoms classiques où les gags sont trop ostensiblement paramétrés pour me faire (supposément) m’esclaffer, et où je me contente de sourire intérieurement en reconnaissant que la réplique est bien trouvée, ou que le tempo de l’acteur est bon, mais pas que c’est DRÔLE. Du coup, si ce n’est encore fait, je recommande plutôt des comédies comme Better Off Ted, Action!, Scrubs, et plus récemment Outsourced. Il y a aussi les ovnis inclassables, comme Portlandia que recommande Le D, et je plussoie.

    J’ajoute à ton post qu’une bonne comédie est aussi et peut-être même surtout une comédie qui sait arrêter de rire certaines fois, et se montrer brillante dans des axes plus émouvants voire franchement dramatiques ; de la même façon qu’une série dramatique sans respiration un peu légère (sans aller jusqu’à dire « comic relief ») ne fonctionne que rarement. C’est une question d’équilibre. C’est la raison pour laquelle Rude Awakening compte parmi les rares comédies que j’ai découvertes à l’âge avancé de 20 ans (cf. réflexion intéressante d’amdsr sur le lien entre nostalgie et attrait pour les comédies) et que je chéris énormément. A ce titre je recommande également Titus, Starved ou Gravity, qui regorgent de personnages torturés et dysfonctionnels comme tu les aimes. Il y a aussi Lucky Louie (plus facile d’accès que Louie), par exemple, dont le format est celui d’un sitcom mais où l’angle de l’histoire et des dialogues fait qu’on n’est pas pris pour un couch potatoe débile.

    Le problème c’est qu’on a tendance à estimer que le succès d’une série comique équivaut à son degré d’hilarité. Or s’il y a bien une chose qui n’est pas universelle, c’est l’humour (« on peut rire de tout, mais… »), et en l’occurrence il y a des centaines de comédies qui s’en tirent bien, mais encore faut-il accepter de s’éloigner des « grosses » productions aux ficelles trop voyantes à la Chuck Lorre. Et du coup c’est comme ça qu’on se découvre une proximité avec un humour non-US, genre les séries britanniques évoquées plus haut (même si Miranda est résolument une exception parce que son format est absolument celui d’un sitcom à l’américaine, rires et théâtralité surjouée inclus) en y ajoutant Threesome qui est une absolue perle dans le genre humour+émotion, et du coup j’aurais en plus envie de citer des comédies australiennes genre Outland, Woodley, et plus anciennement Review with Myles Barlow ou l’original de Wilfred (bien plus azimuté que la version US, mais cette dernière vaut également son pesant de croquettes).

    N’abandonne pas ! Il y a plein d’occasions de rire à la télévision. Ça m’a pris énormément de temps, mais à force de découvertes, on trouve chaussure à son pied.

  12. J’arrive un peu après la bataille mais c’est dommage d’aimer autant les séries et de passer à côté de véritable bijoux qui mettent du soleil dans nos vie.
    Première chose indispensable: ne jamais regarder une série en VF. Comme toute règle qui se respecte il y a les exceptions Amicalement Vôtre et Chapeaux Melons et Bottes de Cuir (saisons Mme Peel).
    Maintenant les bijoux :
    – la série ultime : Faulty Towers de et avec John Cleese. Trop courte mais hilarante
    – the Big Bang Theory (EN VO!!!!) : même ma fille qui est nulle en science adore cette série.
    – Kaamelott of course
    – MASH : série douce amère qui a su garder un très bon niveau même dans les dernières saisons. On peut la voir sans les rires.
    – The Office (version US): moins caricatural qu’on ne le croit mais à voir en VO absolument
    – pour l’enchainement Absolutely Fabulous série anglaise déjantée avec une Joanna Lumley étonnante
    – La Famille Adams : la première série que l’on peut regarder plusieurs fois sans se lasser
    – Dream On : un ovni et un super concept
    – Seinfeld : l’humour new yorkais dans sa splendeur et un casting génial
    – du casting précédent : Old Christine avec Julia Dreyfus
    – Murphy Brown : Candice Bergen au top
    – Inspecteur Fawler avec Rowan Atkinson
    – pour rester dans la police, Police Squad avec Leslie Nielsen
    – Roseanne, Two and a half Men, Cosby show, Friends, Joey, Mr Bean, ….
    La liste pourrait être très longue. Ce qui est intéressant c’est que dans cette liste il n’y a aucune comédie qui ressemble à une autre donc quel que soit le type d’humour que l’on aime on trouve toujours une série qui détendra tes zygomatiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *