Elementary ou comment tenter de dépasser son réflexe de fan intégriste

Cela fait déjà un petit moment que je souhaite écrire un billet sur Elementary, nouvelle série de CBS prévue pour la rentrée 2012. Comme son nom l’indique, cette série est une adaptation moderne de ce cher Sherlock Holmes. Et là, cher lecteur, chère lectrice, tu te dis, “il n’y aurait pas déjà ce cher Sherlock sur le créneau” ? Sache que tu as totalement raison de te poser cette question. Il y a quelque temps, CBS a approché les producteurs de Sherlock afin d’en obtenir les droits pour l’adapter. Steven Moffat et sa femme et productrice Sue Vertue, déjà échaudés par des adaptations plus ou moins réussies (en particulier leur sitcom Coupling) n’ont pas donné suite à la demande. Mais CBS a bien senti que le célèbre détective était une aubaine et a donc décidé de créer sa propre adaptation. Autant vous dire que la team Sherlock made in England n’a pas très bien pris la nouvelle et a tout de suite prévenu ses cousins américains : à la moindre similitude, c’est procès assuré ! Du coup, CBS a joué aux jeux des différences : l’action se passe à New York et surtout, John Watson est devenu Joan Watson, inerprétée par Lucy Liu.

Je ne te cache pas cher lecteur, chère lectrice, que lorsque j’ai appris l’existence de ce projet, j’ai sorti tout mon attirail de fan intégriste : posture outrée, appel au lynchage, mauvaise foi à son paroxysme, bref, une belle preuve d’ouverture d’esprit. Car oui, cher lecteur, chère lectrice, il faut reconnaître que le fan ne brille pas toujours par une ouverture d’esprit à toute épreuve. Et en tant que fan inconditionnelle de Sherlock, je n’échappe pas à la règle. J’ai donc décidé de prendre un peu plus de recul et de laisser une chance au produit. Et lorsque le premier trailer est sorti il y a peu à l’occasion des upfronts de la châine (période où les networks US présentent leurs grilles pour la saison suivante), j’ai été plutôt agréablement surprise par ces premières images.

Image de prévisualisation YouTube

Finalement, Elementary et Sherlock n’ont pas grand-chose à voir. Hormis les différences qui sautent aux yeux, l’approche n’est pas la même. Moffat et Gatiss sont des amoureux fous de Conan Doyle et leurs adaptations se basent sur les nouvelles originales. Leur Sherlock est certes moderne, mais se veut avant tout fidèle (même si certaines mauvaises langues trouvent qu’il ne l’est pas tant que ça, les mauvaises langues se reconnaitront). Chaque saison ne comporte que trois épisodes, écrits et diffusés tels des événements. Du côté d’Elementary, le format est plus classique : un formula show d’une vingtaine d’épisodes si les premières audiences sont bonnes, chaque épisode son enquête, des enquêtes éloignées de l’univers de Conan Doyle (mais des clins d’œil ne sont pas à exclure à mon avis).

La performance de Johnny Lee Miller (le Holmes US, acteur britannique qui a accessoirement été plusieurs fois récompensé cette année pour son double rôle dans la pièce Frankenstein tout comme son partenaire… Benedict Cumberbatch) semble de qualité. Mais je ne te cache pas cher lecteur, chère lectrice, que malgré toute l’ouverture d’esprit dont je tente d’être capable, j’ai quelques craintes. Celle de voir un formula show tristement classique où Holmes serait sans profondeur et réduit à être l’excentrique de service. Celle de voir les scénaristes jouer sur une tension sexuelle entre lui et Joan Watson, car enfin, tout ce qui fait le charme du duo Holmes/Watson est bien leur amitié (malgré toute l’ambiguité que certains fans mal éclairés veulent absolument voir dans cette relation), amitié entre hommes qui n’est pas si souvent montrée sur le petit écran.

Je vais donc attendre patiemment la diffusion du pilot d’Elemntary à la rentrée prochaine. Je vais donc regarder le pilot avec le moins d’a priori possible. Je vais donc regarder plusieurs épisodes avant de me faire un avis trop tranché. Et qui sait, mon prochain billet sur cette série sera peut-être fort positif ! (là, je pense que je suis aut taquet niveau ouverture d’esprit)

Share

9 réflexions au sujet de « Elementary ou comment tenter de dépasser son réflexe de fan intégriste »

  1. Absolument.
    J’ajoute que des séries dont le pitch nous en rappelle un autre, ça arrive chaque année, et on ne prend pas la mouche pour si peu, les séries trouvent généralement leur public y compris parmi les téléphages aguerris. Mais je crois qu’il y a aussi, pour une part du public de Sherlock, une part d’affectif qui dépasse celle qui accompagne l’affection pour une série classique, à cause de l’affection portée à son cast (et le shipping). Et du coup ça aggrave le problème, parce que plus on investit dans ce genre d’éléments en plus de la série elle-même, plus on est sur la défensive. C’est un procédé naturel.
    Mais je te félicite de faire de ton mieux pour laisser une chance à la série. Toutes les nouveautés devraient jouir d’un tel bénéfice du doute avant leur diffusion.

  2. Bravo pour ton ouverture d’esprit, je sais que ça n’a pas dû être facile! 
    Bien que moins dans la posture de fan que toi, même si avec ma sensibilité de midinette je suis en extase devant chaque apparition de Benedict (Oui, on est très intime lui et moi), j’ai hurlé intérieurement quand j’ai su que des studios US concoctaient leur Sherlock avec une femme en Watson!!!!
    J’ai les mêmes craintes que toi sur l’ecueil de la tension sexuelle entre Holmes et Watson que vers lequel ce scénario risque d’échouer. D’autant que Lucy Liu est loin d’être vilaine! 
    J’ai moins d’angoisse sur la formule classique adopté de la vingtaine d’episodes par saison. 
    Il est dommage en revanche que les intrigues ne soient que des clins d’oeil aux romans de Conan Doyle…

    Wait and see!

  3. Ca sent encore une fois le four. C’est vraiment le déclin chez les amerloques qui n’arrivent plus à sortir la moindre idée forte pour leurs projets. Du copiage, du reboot, du faiblard… Je prédis une saison 1 annulée au bout du 8e épisode. Au moins la version US ne jette pas un voile pudique sur l’addiction de Holmes aux drogues… C’est déjà ça (contrairement à une certaine version UK modernisée ;D)

  4. @ladyteruki : je suis clairement dans la catégorie des fans qui ont un attachement irrationnel à Sherlock, mais je pense que tu le savais déjà…

    @Pschitrose : c’est dingue toutes ces femmes qui sont intimes avec Benedict 😉

    @Dwarfy :je me doutais bien que tu serais ravi par ce projet original. Alors, le Sherlock US sort de désintox, donc il y a peut-être une chance qu’il replonge : garde espoir !

  5. Si Elementary tient plus de Person of Interest que des Experts, y a moyen que ce soit vraiment très bien.

    Person of Interest était la série que j’attendais le plus pour cette saison et la suite m’a donné raison. C’est une grande réussite et avec un ton qui n’a pas grand chose à voir avec les autres séries de CBS. On est loin, très loin de Mentalist (bien que j’apprécie celle-ci aussi). J’aurais été beaucoup moins surpris de voir PoI sur la FOX.

    CBS a donc montré cette année qu’ils savaient traiter une série semi-feuilletonnante et assez sombre. J’ai moins de craintes qu’auparavant pour Elementary, même si elle ne part pas franchement gagnante face à Sherlock, il faut bien l’avouer.

    Bref, je regarderai le pilote et puis on verra bien.

  6. Cet acteur jouait dans la série très sympa mais néanmoins annulée Eli Stone. Acteur très sympa et attachant,mais qui semble loin d’être le Sherlock que j’imagine. Mais je pense que ça pourrait être bien, mais il ne faut pas chercher la comparaison avec Sherlock UK.
    On va surement avoir un formula show un peu original, sans grande ambition mais marrant a regarder. Ça sera déjà pas mal 🙂

  7. En tant que mauvaise Langue déclarée, et bien je suis quand même d’accord avec toi.
    Je crains que l’ajout de Lucy Liu, et la déperdition des intrigues originales me mêne à une très forte déconvenue pour cette adaptation « moderne » de Sherlock Holmes.

    Les anglais s’en sortent presque bien, là, j’ai des doutes.

    Mais les premières images sont alléchantes et certains éléments du traitement de Sherlock Holmes entrevus dans ce trailer me fera quand même regarder au moins les deux premiers épisodes…

    Fan de Sherlock Holmes un jour, Fan toujours.

    PS : Dwarfy, si tu as l’occasion de voir le Pilote Original de Sherlock UK, tu serais très très surpris du traitement de l’addiction aux drogues de Sherlock.

  8. Serais-je donc la plus ouverte d’esprit de nous deux (en même temps, qui en doutait :p) ? Faute d’une relation surfusionnelle avec Sherlock et même si je comprends l’outrage fait à Moffat, j’avais pas d’à prioris particuliers sur la chose jusqu’à ce que je vois le trailer. Et ben moi, c’est tout l’inverse, ça me botte un peu moins d’un coup parce que je sens le formula show classique (t’as vu j’apprends des mots *o*).

    Donc j’étais partante sans souci au départ, pis en fait non à moins qu’on me hurle que c’est d’enfer…

  9. J’ai aussi commencé par déballer la panoplie de fan intégriste (Conan Doyle puis Mofftiss ont placé la barre très haut quant à mes attentes et exigences sur le sujet). La première mouture de mon billet (qui date de février? mars?) est d’ailleurs assez violente…Huh…Mais comme toi, avec le temps, je me suis un peu pacifiée (ça se dit? 3 ans que je ne parle plus français au quotidien; j’ai un peu de mal). Et maintenant, je suis assez curieuse. Le fait est que j’attends tellement rien de cette série qu’elle ne pourra pas me décevoir. Bref, au final, mon billet original ne ressemble plus à grand chose, je ne cesse d’y coller paragraphe de MAJ après paragraphe de MAJ au fil de l’évolution de mes sentiments.

    Et comme toi, je suis totalement fan de l’amitié entre Holmes et Watson. C’est l’une des plus belles amitiés jamais décrite dans un livre et elle est magnifiquement montrée dans la série de la BBC. Et j’espère vraiment que cela ne sera pas gaché…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *