Mes moments de télé Épisode 6/6 : du fun, du fun, du fun

Il est de ces billets, cher lecteur, chère lectrice, que tu découvres sur l’un de tes blogs préférés et qui te font tout de suite regretter de ne pas y avoir pensé. C’est ce qui m’est arrivé en découvrant et en savourant, semaine après semaine, les 100 moments de télé concoctés par la brillante équipe du Daily Mars.

Les passionnés ne manquent pas de qualités et les passionnés du Daily Mars ne dérogent pas à la règle : dans leur grande générosité, ils ont invité les sériephiles à partager à leur tour leurs moments de télé. La miss @amdsrs a proposé les siens sur son blog Un (é)cran de plus et j’ai décidé de faire de même ici.

Alors bien sûr, cher lecteur, chère lectrice, je ne te cache pas que ma première inquiétude a été de ne pas réussir à sortir de mes séries fétiches et donc de proposer des moments peu éclectiques. Mais au final, cette inquiétude n’avait pas vraiment lieu d’être, car ces billets n’ont pas pour but d’être objectifs, je ne me dois pas de balayer le spectre le plus large possible de séries. Ces billets doivent me ressembler. Il y a beaucoup de séries que je n’ai pas vues et que je ne verrai pas. Mes séries fétiches le sont parce qu’elles me transportent, alors il est normal qu’elles comportent la quasi-totalité de mes moments de télé. Toutefois, tu pourras trouver ici ou là quelques exceptions. Tu peux penser, cher lecteur, chère lectrice, qu’il est un peu facile (et réducteur) de ne retenir que les séries que j’ai vues le plus récemment. C’est vrai, mais si des moments mémorables ne me viennent pas spontanément de séries plus anciennes, c’est qu’à mes yeux, ils ne le sont pas tant que ça.

Afin d’organiser un minimum tout ceci, j’ai classé Mes moments de télé par thème.

SPOILER ALERT : si vous n’avez pas vu les séries ou les épisodes que j’évoque, que vous avez l’intention de les voir un jour et que le moindre spoiler vous est insupportable, la lecture de ces billets risque fort d’être périlleuse.

Mes moments de télé Épisode 6 : du fun, du fun, du fun

C’est vrai cher lecteur, chère lectrice, que j’aime particulièrement les séries sombres et tristes, les personnages névrosés, les intrigues tragiques. Mais j’aime aussi m’amuser et lorsque le sourire ou le rire arrivent spontanément au détour d’une scène ou d’une réplique, j’en redemande !

Le Prince de Bel Air : Carlton et Tome Jones

Non, non, cher lecteur, chère lectrice, tu n’es pas victime d’une hallucination. Tu découvres bel et bien une sitcom dans Mes moments de télé. Je sais, c’est tout bonnement incroyable. Mais que veux-tu, dans ma tendre jeunesse, j’ai regardé et aimé des sitcoms. J’aimais Le Prince de Bel Air et j’ai adoré voir Carlton se déchaîner sur du Tom Jones. Et avec Tom Jones. Des scènes cultes !

Image de prévisualisation YouTube

 

Ally McBeal : The Barry White Dance

Je ne suis pas une fan des comédies musicales, mais lorsque des personnages bien barrés se lancent dans une chorégraphie qui l’est tout autant, je dis oui ! Et dans Ally Mc Beal, les personnages étaient barrés à souhait, Ally et John en tête. J’ai toujours eu une grande tendresse pour John et sa fascination pour Barry White est touchante (j’adore les monomaniaques, mais est-ce vraiment une surprise ?). Cette fameuse scène dans les toilettes unisexe du cabinet où John laisse libre cours à sa folie est un grand moment. Cette chorégraphie a été un tel phénomène qu’elle a été reprise dans de nombreux mariages (c’est dingue tout ce que l’on peut trouver sur Youtube). Petit florilège des meilleurs moments au fil des saisons.

Image de prévisualisation YouTube

 

Stargate SG-1, Prometheus Unbound (8×12) : la rencontre explosive entre Daniel et Vala

Stargate SG-1 a duré 10 saisons et j’ai eu peur qu’elle ne s’essouffle lorsque Richard Dean Anderson a quitté la série. Mais les scénaristes ont une magnifique idée : créer le personnage de Vala Mal Doran, voleuse, menteuse, fonceuse et sexy. Ils ont eu la magnifique idée de la présenter de la meilleure manière qui soit en la confrontant à Daniel et en créant ce duo qui m’enchantera durant les saisons 9 et 10. Vive Vala Mal Doran !

 

Stargate SG-1, 200 (10×06) : l’hommage aux Sentinelles de l’air

J’aime Stargate SG-1 pour ses personnages et pour son grand sens de l’autodérision. On peut se moquer de cette série, mais elle est rentrée dans le club très fermé des séries de science-fiction ayant dépassé les 200 épisodes. Et comme les scénaristes et acteurs de Stargate SG-1 ne se prennent vraiment pas au sérieux, cet épisode anniversaire ne l’est certainement pas ! Tout avait commencé avec le 100e dans lequel l’équipe enquêtait sur un alien, non conscient d’être un alien, qui avait créé une série racontant les folles aventures de SG-1. Dans le 200e, ce même alien vient demander de l’aide : la série va donner naissance à un film et il a besoin de SG-1 pour rendre son scénario le plus crédible possible. On assiste alors à un grand numéro d’autodérision et à un hommage des créateurs à toutes les œuvres emblématiques qui les ont inspirés : Star Trek, film de zombies, bestioles façon Ewoks, teen movie, Fairscape (Claudia Black et Ben Browder sont issus de cette série). Mais le clou de cet épisode est la séquence hommage aux Sentinelles de l’air : nostalgie pour la trentenaire que je suis et quel sens de l’autodérision !

Image de prévisualisation YouTube

 

Angel, Smile Time (5×14) : Angel is a puppet

Oui, cher lecteur, chère lectrice, je suis peut-être un peu fétichiste des poupées (mais ne le répète pas trop, j’ai peur que cela prête à interprétation douteuse). Ah, Angel, le prototype parfait du vampire ténébreux et torturé qui ne pouvait que faire battre mon cœur ! Ah, Angel, série qui a réussi à révéler tout le potentiel de Cordelia et de Wesley, qui a fait revenir Spike, qui a proposé le paroxysme du vampire ténébreux et torturé (et oui, encore et toujours). S’il y a bien un épisode qui m’a fait rire, c’est celui-ci dans lequel Angel se retrouve transformé en poupée. Pauvre Angel, relégué à être cute et non plus le paroxysme du vampire ténébreux et torturé.

 

Doctor Who is fun

Oui, Doctor Who m’émeut, oui, Doctor Who m’emporte, et oui, Doctor Who me fait rire ! Cette série raconte avant tout les folles aventures d’un homme fou avec une boîte bleue. Un Time Lord qui ne manque pas de fantaisie. Et j’adore lorsque le Doctor est fantasque ! La playslist qui suit est un florilège des scènes de Ten et d’Eleven qui m’ont le plus mise en joie : les retrouvailles entre Ten et Donna dans Partners un crime (4×01), ma réplique culte de Ten dans The Poison Sky (4×05), Donna qui sauve Ten de l’empoisonnement dans The Unicorn and the Wasp (4×07), Ten et Wilfred délivrés dans The End of Time (Specials 2009), Eleven et Craig dans Closing Time (6×12) et enfin, Eleven en Sherlock Holmes dans The Snowmen (Christmas Specials 2012).

 

Sanctuary, Kali Part 1 (2×12) : The Kali dance

Je ne peux décemment pas terminer cette saga de Mes moments de télé sans évoquer Sanctuary, série fun qui m’a ravie durant quatre saisons. En cette fin de saison 2, les enjeux deviennent bien sérieux et tous les espoirs reposent sur les épaules de Will qui doit calmer la colère de Kali. Will est en Inde alors quoi de mieux qu’une séquence façon Bollywood ?

Image de prévisualisation YouTube

 

Misifts, Christmas Special (2×13) : Nathan en mode sage-femme

Et oui, encore un moment piqué à Sullian Le Postec, rédacteur toujours aussi émérite et au goût toujours aussi sûr du Daily Mars. Mais comment écrire un billet sur mes Moments de télé funs sans écrire sur Misfits et Nathan ? Nathan, ce petit con qui n’aura cessé de me faire rire durant deux saisons. Et un Nathan qui se la joue sage-femme, sache cher lecteur, chère lectrice que cela vaut son pesant de cacahuètes (j’ai totalement conscience du caractère hautement désuet de cette expression et j’assume totalement).

Image de prévisualisation YouTube

 

Sherlock, A Scandal in Belgravia (2×01) : Buckingham Palace

Et oui, encore une scène issue de ce fameux épisode. Ai-je déjà écrit, cher lecteur, chère lectrice que cet épisode était magnifique (on me dit dans l’oreillette que cela n’a pas dû arriver plus d’une fois ou deux) ? Cette scène dans Buckingham Palace est un ravissement pour les zygomatiques et pour les yeux car un Sherlock seulement paré d’un drap, quelle brillante idée !

Image de prévisualisation YouTube

 

Sherlock, The Hounds of Baskerville 2×02) : MA scène préférée

Je souhaite par ce modeste billet réhabiliter The Hounds of Baskerville souvent considéré comme le moins bon épisode de cette saison 2. Cet épisode a deux handicaps majeurs : être l’adaptation de l’histoire la plus connue de Conan Doyle, ce qui ne contribue guère à l’effet de surprise et avoir été diffusé après l’incroyable A Scandal in Belgravia. Mais The Hounds of Baskerville a une qualité majeur : le duo Sherlock/Watson, une vraie réussite. Et surtout, surtout, The Hounds of Baskerville comporte ma scène préférée : la première scène Sherlolck/Watson de l’épisode. Sherlcok est en manque de nicotine, d’enquête et pète littéralement un câble. Face à lui, Watson est calme, Watsonien à souhait. Cette scène joue admirablement sur la dynamique de ce duo et montre la parfaite complémentarité de Benedict Cumberbatch et Martin Freeman. Voilà pourquoi je ne compte plus le nombre de visionnages de cette scène. Voilà pourquoi je la connais quasiment par cœur, intonations et mimiques incluses.

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *