Forbrydelsen et Borgen : les Danois aiment la politique et la démocratie

Et oui, cher lecteur, chère lectrice, je sais que tu commençais à t’impatienter, car voilà quelque temps que je n’avais plus publié de billet. Mais rassure-toi, je suis de retour ! Et aujourd’hui, cher lecteur, chère lectrice, j’ai décidé de t’écrire au sujet de deux séries danoises de grande qualité : Forbrydelsen et Borgen. Deux séries qui explorent le fonctionnement de la classe politique danoise et qui portent un regard sincère et juste sur nos démocraties occidentales. Deux séries qui ont été suivies en masse par le public danois et qui ne cessent d’être saluées partout ailleurs.

forbrydelsen_ny_463874a

Forbrydelsen – Bras de fer entre le politique Troels Hartmann (Lars Mikkelsen) et l’inspectrice Sarah Lund (Sofie Gråbøl)

Mais tout d’abord, de quoi parlent ces séries ? Forbrydelsen (2007-2012) est avant tout un polar qui suit les enquêtes de la tenace et quelque peu asociale inspectrice Sarah Lund (Sofie Gråbøl), arborant saison après saison des pulls qui font fureur. Mais durant les deux première saisons, les enquêtes policières sont étroitement liées au monde politique : la campagne électorale pour la mairie de Copenhague en saison 1 et les secrets d’État concernant l’engagement des troupes danoises en Afghanistan en saison 2. De son côté, Borgen (2010-2013) est une série 100 % politique, suivant durant trois saisons le parcours de Birgitte Nyborg (Sidse Babett Knudsen), première femme à accéder au poste de premier ministre du Danemark. La réalité a rejoint la fiction en 2011 lorsque Helle Thorning-Schmidt est devenue premier ministre.

« Les représentants politiques sont dotés d’un pouvoir important dans une démocratie. Ils exercent une responsabilité évidente par rapport à leur pays et à leurs électeurs. Mais, parfois, le pouvoir corrompt et place celui qui l’exerce en contradiction avec la démocratie. Ce qui m’intéresse, c’est la lutte de l’individu qui doit se positionner entre idéalisme et corruption. Jour après jour, les politiques doivent se demander si telle ou telle décision est la bonne et quelle raison les amène à la prendre. Par ailleurs, l’univers politique est un monde d’ambition et d’imposture – un intéressant champ de bataille avec tout un éventail d’agendas secrets » Søren Sveistrup, créateur de Forbrydelsen

Le monde politique a toujours inspiré les fictions car les guerres de pouvoir et d’influence sont un puits inépuisable de dramatisation. La grande force de Fobrydelsen et de Borgen est de ne jamais chercher le sensasionnel, les sujets absolument brûlants, les complots et rebondissements qui feraient rougir  Jack Bauer. Non, Fobrydelsen et Borgen n’ont d’autre ambition que de dépeindre la réalité, sa complexité et surtout, surtout, son intérêt. En ces temps où les classes politiques occidentales prennent un coup dans l’aile, où la tentation du populisme et du fameux “tous pourris” se fait de plus en plus grande, il est plus que réjouissant de voir des fictions écrites avec intelligence et dépeignant le fonctionnement de nos démocraties, sans en occulter les travers, mais sans aucun cynisme.

borgen01-hr-lst109255

Borgen – Birgitte Nyborg (Sidse Babett Knudsen) gère de nombreuses crises aux côtés de son spin doctor Kasper Juul (Pilou Asbæk)

Le système politique danois nous semble bien exotique. Une monarchie constitutionnelle dont le parlement fonctionne uniquement sur le principe d’une coalition entre les principaux partis. Un système politique qui repose presque exclusivement sur les alliances et les compromis. La majorité absolue n’existe pas, il s’agit avant tout de tâcher de gouverner ensemble malgré toutes les différences, plus ou moins importantes, qui peuvent exister. Forbrydelsen et Borgen exploitent à merveille cette dynamique qui influe sur leur rythme. Côté polar, intrigue policière et intrigue politique ont le même tempo, ni effréné, ni chaotique. Le suspense est pourtant bien présent, mais les scénaristes n’ont pas pour ambition de nous faire vivre des montagnes russes. Les flics ne sont pas des super flics (même si Sarah Lund est particulièrement douée et tenace), les suspects et meurtriers ne sont pas des monstres ou des tueurs en séries et les politiques ne sont pas d’horribles manipulateurs sans vergogne. Côté série politique, il en est de même. Borgen interroge nos démocraties selon trois points de vue : la classe politique, les communiquants et les médias. Ni angélisme, ni diabolisation, le but est de montrer des hommes et des femmes, passionnés par leurs métiers et devant parfois faire des choix mettant en péril leurs idéaux.

« Je trouve l’arène politique fascinante, parce qu’en son sein se situe l’humain, l’émotion, et c’est ce qui me nourrit en tant qu’auteur.

Certes, Borgen parle de la société danoise, mais elle est aussi assez universelle. Les problèmes abordés peuvent concerner n’importe quelle démocratie occidentale.

Borgen est une série sur les trois piliers de la démocratie : les politiciens, la sphère civile et les médias. C’est l’interaction entre ces trois piliers que nous avons essayé de décrire, avec nos trois personnages principaux comme symbole de chacun d’entre eux. » Adam Price, créateur de Borgen 

La justesse est au cœur de Forbrydelsen et de Borgen, ainsi qu’une certaine austérité au premier abord. Mais ne vous y trompez pas, ces deux séries n’ont rien d’ennuyeux, de désincarné. L’attachement aux personnages est immédiat et on se prend de passion pour les intrigues. Les discussions de cabinet sont captivantes, les débats télévisés n’ont rien de poussiéreux et on se sent devenir expert de l’élevage de porc danois. On tremble lors des campagnes et élections, on est tiraillé tout autant que Troels Hartmann (Lars Mikkelsen) ou Birgitte Nyborg dès qu’il s’agit pour eux de faire des choix difficiles et d’en assumer pleinement les conséquences. Mais pas à un seul moment, on ne doute de la sincérité de leur engagement. Certains diront qu’il s’agit d’une vision magnifiée de la réalité portée par la volonté de promouvoir la politique.

Mais qu’il est agréable d’être emporté par des personnages complexes, une écriture intelligente et un propos qui l’est tout autant !

Forbrydelsen, DR1, 3 saisons. Diffusion de la 3e saison prochainement sur Arte

Borgen, DR1, 3 saisons disponibles en DVD

Les citations de Søren Sveistrup et d’Adam Price sont tirées d’interviews réalisées pour le site d’Arte.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *