Teen Wolf saison 3 : the Stiles Show au paradis du WTF

Teen-Wolf-Season-3-Stiles-Bloody

C’est sans honte aucune, cher lecteur, chère lectrice, que je t’écris une nouvelle fois sur Teen Wolf. Oui, une série pour ados avec des ados loups-garous et des cute guys qui passent une grande partie de leur temps à être torse nu.

Mais vois-tu, cher lecteur, chère lectrice, j’ai une profonde tendresse pour Teen Wolf. Et de la tendresse, il m’en aura fallu beaucoup en cette saison 3 qui est partie dans absolument tous les sens sans grande cohérence narrative. Mais les scénaristes ne sont pas que des chiens fous, ils ont surtout eu la très bonne idée d’exploiter au maximum le meilleur atout de la série : Stiles.

Attention, des spoilers se sont glissés dans la suite de ce texte.

Comme je l’ai déjà écrit dans ce premier billet consacré à Teen Wolf, Stiles est mon personnage préféré. Et pourtant, il n’est ni un loup-garou, ni un être surnaturel, ni le cute guy qui passe une grande partie de son temps à être torse nu. Non, Stiles est un ado angoissé, mal dans sa peau, cachant sa vulnérabilité derrière ses sarcasmes et son intelligence. Stiles est le meilleur ami du héros, l’amoureux éconduit, l’éternel second rôle. Mais Stiles est avant tout le pilier, le personnage qui sert d’ancrage.

Alors qu’il est entouré de loups-garous, de banshee, de coyotes-garous, de renards, de ninjas surnaturels, de Yakusa, d’esprits mystiques et maléfiques (je t’avais prévenu, cher lecteur, chère lectrice, les scénaristes ont décidé d’adopter le LSD maison de Walter Bishop), Stiles reste l’humain a priori banal. L’humain a priori banal qui est la voix du téléspectateur dans cet univers surnaturel. Il est aussi celui qui exprime ses peurs face aux très nombreux dangers auxquels il est confronté, alors que tous les autres personnages acceptent, bon gré mal gré, leur destinée.

Teen Wolf est une série sur des ados et comme toute série sur des ados qui se respecte, elle fait écho aux bouleversements que l’on rencontre tous à cette période si particulière de notre vie. Le sentiment amoureux, le passage de l’enfance au monde adulte, la construction par rapport aux parents et à l’autorité. Une période souvent difficile à vivre et qui laisse des traces. Durant les deux premières saisons, ce parcours initiatique a surtout concerné Scott, le héros et Stiles était un soutien. Dans cette troisième saison, c’est à Stiles de vivre ce rite de passage et à l’image de son âme angoissée, cela ne se fera pas dans la douceur.

Les scénaristes avaient déjà teinté de noirceur la saison 2, mais ils ont décidé d’aller encore plus loin durant la 3e saison. Leur chance ? Dylan O’Brien, qui interprète Stiles, est le meilleur acteur du casting (ok, vu le niveau général, ce n’est pas très difficile). La dualité bien/mal, des personnages possédés par des esprits maléfiques sont des thèmes on ne peut plus classique. Le procédé aurait pu être éculé et tomber à plat, mais ici, il fonctionne. Il fonctionne car il fait grandir le personnage, lui permet de lutter contre ses démons intérieurs.

Nous avons toujours su que nous voulions entraîner Stiles sur un sombre chemin. Il était notre atout comique, mais nous voulions aussi simplement lui donner quelque chose de nouveau. …/… Dans cette saison, nous voulions vraiment tester Stiles, son psychisme et ses amitiés avec tout le monde. Jeff Davis, showrunner

Le Nogitsune, esprit malveillant millénaire, aurait pu se glisser dans l’esprit de n’importe quel personnage. Il aurait pu choisir de vaillants loups-garous, de vaillantes chasseuses et combattantes, lui assurant force et pouvoir. Et pourtant, cet esprit malveillant a choisi Stiles, celui qui semble le plus faible. On pourrait penser qu’il s’agissait là d’une proie facile. Mais en choisissant Stiles, le Nogitsune a fait le meilleur choix possible pour arriver à ses fins. Cet esprit malveillant est un esprit de renard, un être aussi malin que pervers, aimant semer le trouble en jouant avec les autres comme avec des marionnettes. L’intelligence de Stiles est son plus grand atout. Posséder un tel esprit ne peut que décupler ses capacités. Les angoisses de Stiles sont également son meilleur carburant. Il pousse alors Stiles à faire face à ses plus grandes peurs et l’ado si angoissé n’a pas d’autre choix : il doit les affronter pour gagner la partie.

L’autre grande force de Stiles est son rapport avec son père. Teen Wolf est une série sur les ados qui n’oublient pas les adultes. Et ce fut encore plus marqué cette saison pour beaucoup de personnages. Cela fut particulièrement touchant entre Stiles et son père, Scott et ce père qui refait surface dans sa vie, Allison et son père, cela fut plus laborieux pour Kira et ses parents, Derek et sa mère disparue. Mais il était intéressant d’explorer un peu plus cette facette des personnages.

Vu le final de cette saison 3, je sens que les scénaristes vont encore sortir de folles idées de leur marmite bouillonnante pour la saison 4. Bien évidemment, Stiles n’aura pas un rôle aussi prépondérant, mais j’ai hâte de découvrir les traces qu’il gardera de son rite de passage. Team Stiles forever !!!

Image de prévisualisation YouTube

.

La citation est tirée d’une interview pour le site ZAP 2 it, publiée le 24 février 2014

 

 

Share

3 réponses sur “Teen Wolf saison 3 : the Stiles Show au paradis du WTF”

  1. Stiles <3

    C'était tellement bien vu de donner une telle importance à celui qui pouvait l'endosser sans problème, vu la qualité du jeu d'acteur ! J'ai été soulagée aussi que l'option "loup-garou Stiles" n'ait été qu'envisagée, j'ai eu peur à un moment…

    Complètement d'accord pour les parents aussi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *