CUT : le piège implacable du soap sous le soleil de la Réunion

CUT-Saison01_preview_2300-700x325

Nous voici fin juillet, alors que l’été bat son plein (enfin, dans certains endroits) et les photos de plage/piscine ne cessent de fleurir sur les réseaux sociaux. L’été est également l’occasion de retrouver les séries saisonnières et de découvrir de nouvelles séries estivales. De mon côté, j’ai de quoi faire : Hannibal S3, Masters of Sex S3, Teen Wolf S5, Dominion S2, Humans S1, la découverte de l’envoûtante Mr Robot (qui fera sans nul doute l’objet d’un futur billet ici-même). Mais aujourd’hui, cher lecteur, chère lectrice, j’ai envie de t’écrire sur la série qui me tient en haleine deux épisodes par jour en rentrant du boulot : CUT.

Non, non, tu n’es pas victime d’une hallucination, tu as bien lu CUT. Oui, le soap de France Ô qui se passe sur l’île de la Réunion et dont les deux premières saisons sont rediffusées cet été avant l’arrivée de la saison 3 dans la foulée.

Je te l’avoue, je suis tout autant surprise que toi. Car ok, si dans ma jeunesse, j’ai eu ma phase Sous le soleil et Les Vacances de l’amour (réminiscence d’un amour de collège pour Hélène et les garçons), il semblait certain qu’arrivée à l’âge de raison, les soaps ne faisaient plus partie de mon vocabulaire. Preuve ultime : j’ai arrêté Downton Abbey car le soap prenait trop de place à mon goût.

Mais voilà, cet été, je suis vulnérable : alors que les photos de plage/piscine fleurissent sur les réseaux sociaux, je suis coincée devant mon ordi au bureau en attendant encore et encore que mon tour finisse par arriver (et que je pourrisse à mon tour les réseaux sociaux avec des photos de plage). Puisque je travaille et que, sous mes latitudes, le soleil n’est pas forcément le plus vivace, je passe mes week-ends à larver sur mon canapé pour faire le plein de séries et traîner sur des chaînes que je n’ai pas l’habitude de regarder. Et voilà qu’un samedi en fin de matinée, je zappe sur France Ô et tombe sur un épisode de CUT. Je me dis « allez, je regarde cinq minutes » et je me suis retrouvée à regarder cinq épisodes d’affilée (la magie du recap de la semaine). Puis, rebelote le lendemain pour voir la suite du recap de la semaine. Et depuis, deux épisodes par jour.

6087528-cut-la-serie-transmedia-selon-france-o

Les recettes de CUT sont on ne peut plus classiques : de la romance, de sombres histoires de famille, des secrets, un “méchant” machiavélique qui a juré la perte de l’héroïne, un beau gosse ténébreux au passé trouble. La recette fonctionne à merveille et j’ai très rapidement pris Laura sous mon aile (et craqué pour Adil, of course). Bien sûr, je ne vais pas te mentir, cher lecteur, chère lectrice, tout n’est pas parfait sous le soleil de l’océan Indien : certains dialogues frôlent le ridicule et certains membres du cast sont plus que légers.

Mais au-delà des clichés scénaristiques propres au soap et de quelques défauts, CUT est tout sauf cheap. La réalisation est plutôt soignée vu le rythme de tournage particulièrement intensif (chaque saison comporte 70 épisodes de 25 minutes) et l’île de la Réunion est parfaitement mise en valeur. Pas seulement ses sublimes paysages, mais aussi ses habitants au travers de nombreux plans d’ambiance mettant en lumière ces anonymes qui font vivre cette île de rêve.

Les personnages, bien que stéréotypés, ne se réduisent pas à ces stéréotypes et la narration explore (plus ou moins adroitement) leur psychologie. Certaines relations et dialogues sont bien vus et l’intrigue feuilletonnante fonctionne.

C’est donc sans aucune honte que chaque soir en rentrant du boulot, je suis plus que ravie de passer 50 minutes dans cet univers. Seul effet secondaire : devoir envisager d’économiser pour me payer, à plus ou moins court terme, des vacances sur l’île de la Réunion.

Allez, voici le générique de la saison 1 pour vous mettre dans l’ambiance. Bonnes vacances à toutes et à tous !

Image de prévisualisation YouTube

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *