Mr Robot ou l’immense bonheur de tomber raide dingue d’une série

mrr

Je l’écrivais dans mon précédent billet : la série estivale Mr Robot trouverait très rapidement sa place ici même. Elle trouve donc sa place ici même pas plus tard que maintenant.

Je ne vais pas te mentir, cher lecteur, chère lectrice, cette première saison de Mr Robot (qui s’achève dans trois épisodes) m’a mis une claque. Et je ne vais pas te mentir, cher lecteur, chère lectrice, j’attendais ça depuis un petit (long) moment.

La vie de tout sériephile est faite de phases, de cycles. Il y a ce moment où l’on retrouve la nouvelle saison d’une série que l’on adore ou que l’on continue de regarder par habitude. Il y a ce moment où l’on découvre fébrilement les pilots des nouveautés. Il y a ce moment où l’on dit adieu (avec tristesse ou soulagement) à des héros suivis depuis des années. Il y a ce moment où l’on décide d’arrêter une série car il faut se rendre à l ‘évidence, il est devenu impossible de la suivre. Et puis, il y a ce moment où l’on découvre une pépite.

Je ne vais pas te mentir, cher lecteur, chère lectrice, cela fait quelques mois qu’une certaine lassitude m’a envahie. Bien sûr, je regarde toujours des séries, mais j’en ai réduit le nombre. Si celles que je continue de regarder, ou que je découvre, me font passer de bons moments, je dois reconnaître que la flamme passionnée et obsessionnelle avait perdu de sa splendeur.

Au début de l’été, je vois ma TL twitterienne se prendre de passion pour la série Mr Robot. Je n’y prête pas plus d’attention que cela et ne cherche pas vraiment à en savoir plus. Et puis, l’emballement continue, s’installe, s’étend, semble faire l’unanimité. C’est l’été, j’ai peu de séries à suivre, alors je décide de me laisser tenter par l’aventure. Et je reste scotchée sur mon canapé.

Mais au fait, Mr Robot, de quoi ça parle ? Elliot Alderson est un jeune informaticien vivant à New York, qui travaille en tant qu’ingénieur en sécurité informatique pour Allsafe Security. Elliot rencontre un mystérieux activiste Mr. Robot qui souhaite le recruter dans son groupe d’activistes et de hackers, Fsociety qui cherche à rétablir l’équilibre de la société en détruisant les infrastructures des plus grosses banques et entreprises du monde, notamment E Corporation, le conglomérat qu’Allsafe Security est censé protéger (source, Wikipédia)

Un monde réaliste…

Tu l’auras compris, cher lecteur, chère lectrice, Mr Robot nous plonge dans une réalité on ne peut plus d’actualité. Et si les hackeurs font de plus en plus la une des médias, leur représentation dans les fictions n’a pas toujours été à la hauteur des enjeux qu’ils représentent.

Sam Esmail, créateur de la série, est  égyptien et s’est inspiré de ses cousins impliqués dans le printemps arabe. « Ils étaient des gamins d’une vingtaine d’années qui ont utilisé Facebook et Twitter pour faire en sorte de débuter ce changement dramatique, comme je n’en avais jamais entendu parler dans l’histoire égyptienne. Cela m’a énormément ému et j’ai trouvé ça tellement inspirant. …/… Lorsque j’ai parlé avec mes cousins et entendu leur passion et leur colère, il y avait cette sorte de ligne ténue. J’ai pensé que ce qui était intéressant était que cette colère était typiquement considérée comme une énergie négative. Mais ce n’était pas négatif, c’était positif et un moyen très positif d’apporter un changement tant attendu là-bas. Si cela n’avait pas été pour (cette émotion), cela n’aurait jamais eu lieu. » (interview publiée le 30 juillet sur le site Engadget)

Et une chose est sûre, Sam Esmail veut présenter le monde des hackers et de la cybersécurité de la manière la plus véridique possible. « J’ai probablement été un véritable tyran sur le tournage à propos de ça. Je suis sûr que je ne me suis pas fait beaucoup de fans car cela demande beaucoup de boulot. Tout, depuis l’écriture, l’exécution, le visuel, le tournage… Nous n’utilisons aucun écran vert lorsque nous gérons un écran d’ordinateur. Tout est fait concrètement.  Donc cela demande de créer tous ces écrans au préalable. Et nos consultants techniques doivent nous faire comprendre ce à quoi ces écrans doivent ressembler. Et cela demande que les acteurs suivent les commandes et tapent ces commandes comme un réel hackeur le ferait. Tout ceci demande beaucoup de travail et d’argent. Et ensuite, en post-production, si je voyais quelque chose qui n’était pas juste, nous devions résoudre ce problème et refilmer ces écrans. Je suis devenu incroyablement obsédé par ça, car je pense que dans la réalité, c’est ce qui se passe. Ces écrans ne sont pas des faux. Je n’ai jamais voulu inventer ou falsifier car la réalité est déjà bien plus intéressante que tout ce que j’aurais pu imaginer. …/…  Les gens pensent que ce n’est pas de la dramaturgie, que ce n’est pas dans le fait de coder. Ils ont raison, mais si vous commencez à tricher avec ça, alors vous perdez la crédibilité de ce monde. Et si vous commencez à perdre ça, alors la dramaturgie part avec. J’espère que nous avons prouvé ça. » (interview publiée sur le site Engadget)

Autre ambition : aborder ce milieu technique comme n’importe quel autre domaine technique grand public. « Même si les gens ne comprennent pas complètement (ce que fait un programmeur, un hacker ou un ingénieur en cybersécurité), ils le captent. C’est presque comme lorsque vous regardez une série médicale, une série judiciaire, je ne comprends pas nécessairement toute la terminologie, mais je capte ce qui se passe émotionnellement, je capte quels sont les enjeux. » (interview publiée le 21 juin sur le site NPR)

C’est ainsi que l’on découvre un milieu bien éloigné des stéréotypes ou des fantasmes et qu’en tant que spectateur, on se sent totalement immergé dans son fonctionnement.

… et hypnotique

L’immersion, telle est la grande force de Mr Robot. Il ne s’agit pas de n’importe quelle histoire. Il s’agit de l’histoire racontée par Elliot.

Mr Robot n’est bien sûr pas la première série à utiliser la vision subjective du personnage principal à travers une voix off omniprésente. Mais ici, le procédé est développé de manière très intelligente et portée par l’interprétation magistrale de Rami Malek (acteur dont j’ignorais totalement l’existence jusqu’ici).

Elliot parle à son ami imaginaire et à travers ce “tu”, c’est à chacun et chacune d’entre nous qu’il s’adresse. Cette voix off ressemble à celle de Dexter (du temps béni des deux premières saisons). Mais celle d’Elliot est plus omniprésente, ce qui a priori aurait dû me rebuter, car j’ai toujours eu du mal avec les voix off omniprésentes. Mais là, ça fonctionne immédiatement. Je me laisse bercer par cette voix, cette intonation, ces névroses.

Oui, il faut que je te dise quelque chose, cher lecteur, chère lectrice : Elliot n’est pas totalement un jeune homme comme les autres. Asocial (mais empathique), une enfance un peu (beaucoup) compliquée, accro à la morphine, paranoïaque et possiblement schizophrène. Bref, le type de héros qui a toutes les chances de me plaire.

C’est donc à travers son regard névrosé que l’histoire nous est racontée. Regard névrosé accentué par une réalisation et des cadrages très particuliers, qui rappellent fortement ceux utilisés dans Luther (où le héros est tout autant  borderline et que j’adore tout autant forcément). Sans oublier la référence totalement assumée à Fight Club : Mr Robot existe-t-il vraiment ou n’est-il qu’une invention d’Elliot ?

Ajoutez à cela un cast très réussi, des personnages intéressants, une super BO et vous obtenez l’un des hits de l’été et ma monomanie obsessionelle du moment. La saison 2 a été commandée avant même la diffusion de la saison 1. Inutile de vous préciser que mon p’tit cœur est rempli d’allégresse.

Trêve de bavardage et place au trailer

Image de prévisualisation YouTube

 

Mr Robot, USA Network, première saison de 10 épisodes

Share

Une réflexion au sujet de « Mr Robot ou l’immense bonheur de tomber raide dingue d’une série »

  1. La série est juste une petite bombe ! J’avais pas eu autant envie de voir la suite d’une épisode depuis les Games Of Throne franchement. L’univers, les personnages, tout est magnifiquement bien construit, j’en suis a l’épisode 9 de la saison 1, on prend des claque dans tout les sens. Apparemment la série a tellement cartonner que la saison 2 est en marche !

    Que du bonheur !! Je recommande vivement !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>