Cherif, je t’aime !

ob_31f999_cherif

Aujoud’hui, cher lecteur, chère lectrice, je t’écris au sujet d’une série qui m’enchante de plus en plus depuis trois saisons maintenant. Non, il ne s’agit pas d’une série anglaise, mais d’une série française bien de chez nous. J’ai nommé Cherif.

Cherif s’inscrit dans la tradition de la série policière du vendredi soir sur France2. Et vois-tu, cher lecteur, chère lectrice, j’ai été élevée aux séries policières du vendredi soir sur France2  : PJ, Central Nuit, Avocats et Associés… J’avoue, j’avais un peu lâché cette case ces dernières années mais lorsque j’ai entendu parler de Cherif, j’ai tout de suite été intéressée. Et bien sûr, le charme ravageur d’Abdelhafid Metalsi qui tient le rôle titre n’y est pas totalement étranger.

Mais, au fait, de quoi ça parle Cherif ? « Capitaine à la Crim’ de  Lyon, Kader Cherif est passionné par son boulot et s’amuse de ceux que cela étonne. Policier de terrain qui connaît sa ville comme personne, il ne quitte jamais vraiment le commissariat puisqu’il habite… juste en face. Cherif a d’ailleurs les meilleurs résultats en matière d’élucidation de crimes depuis plusieurs années. Ceci légitime des méthodes parfois originales et ne manque pas de provoquer des frictions avec sa nouvelle partenaire, la très martiale Adeline Briard (Carole Bianic)«  (heureusement, Wikipedia est là !)

Sur le papier, on est face à du classique : antagonisme entre deux personnages que tout oppose avec bien sûr une tension sexuelle à la clé, des histoires bouclées à chaque épisode, une construction identique pour chaque épisode.

Ce classicisme fait clairement partie de la série, mais dès la première saison, les créateurs (Lionel Olenga, Laurent Scalese et Stéphane Drouet) s’amusent avec ces codes et avec leurs personnages. Cherif est un flic cool, bien dans sa tête, qui kiffe son boulot. Et sa cool attitude est communicative. Cerise sur le gâteau, il est fan de séries télé (caractéristique héritée de ses créateurs) et ne cesse d’en citer (de Columbo à Vampire Diaries) pour illustrer ces intuitions ou les utiliser pour arriver à ses fins. Bien sûr, rien de bien nouveau sous le soleil, puisque ce trait de caractère fait tout de suite penser à Remington Steele (une série que les moins de 30 ans ne peuvent pas connaître) et à Anthony DiNozzo dans NCIS. 

Le jeu du chat et de la souris entre Cherif et sa partenaire Adeline Briard n’a lui non plus rien de nouveau. Clair de Lune, Remington Steele, Bones, Castle… les exemples sont légion. Mais là encore, cela fonctionne tout de suite et les créateurs assument totalement ces parentés et s’en amusent.

Le gros point fort de Cherif, ce sont donc les personnages  : le duo Kader/Adeline auquel , la famille de Cherif, sa famille de cœur composée de ses collègues. Et comme pour toute bonne série qui se respecte, on s’y attache immédiatement et on revient pour eux. De saison en saison, l’exploration des personnages et de leurs relations ne cesse de s’affiner et les enquêtes, un petit peu faiblardes en saison 1, gagnent également en densité. La plus-value de la saison 3 a été la construction narrative sur deux épisodes à chaque fois pour encore mieux coller à la diffusion sur la chaîne. Chaque épisode comporte son enquête propre, mais on suit un même fil rouge centré sur les personnages. Ainsi, personnages et narration gagnent en profondeur, on explore encore plus leurs contradictions et leurs fragilités aussi. La série a gagné en émotion et certaines scènes m’ont vraiment touchée.

Je ne peux décemment pas écrire un billet sur Cherif sans évoquer sa bande son. Je sais, cela semble un peu incongru de parler de la BO d’une série française, tant cet aspect de la narration est encore bien trop sous-estimé chez nous. Il y a bien sûr la musique originale composée notamment par Christophe La Pinta. Mais il y a surtout des titres soul et groove qui sentent bon les années 70 ! Cherif est un type cool, l’univers musical de la série est donc forcément cool, Aretha Franklin en tête. Mention spéciale pour la sonnerie du téléphone de Cherif qui fleure bon l’univers de Shaft. En revanche, la musique du générique (qui n’est pas signée Christophe La Pinta) est assez ringarde.

Allez, voici la bande-annonce de la saison 2, histoire de se plonger dans l’ambiance !

Image de prévisualisation YouTube

Cherif, France2, 3 saisons de 10 épisodes, toujours en production

 

 

Share

2 réponses sur “Cherif, je t’aime !”

  1. Je suis complètement d’accord avec vous, cette série est un vrai bonheur pour les yeux et les oreilles. Quant à la musique du générique, elle est ringarde mais est typique des génériques des séries policières des années 70/80 donc parfait pour notre Chérif.
    Vivement la saison 4, quel dommage qu’il faille attendre si longtemps.
    Agnès

  2. Bonjour … Moi aussi j’ai adoré cette série mais malheureusement je n’ai pas vu les premières saisons … (pas de télé ni ordi) … peut-on les voir en replay ou ailleurs … je n’ai pas spécialement envie d’acheter en magasin les dvd …En tous cas c’est avec impatience que j’attends la suite pour retrouver le sourire charmeur de Kader

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *