Lucifer : du fun garanti !

fox_Lucifer_L101_hulu

 

Aujourd’hui, cher lecteur, chère lectrice, place au fun, à l’égo décomplexé, à la sexualité plurielle et assumée, à l’humour et au héros diablement sexy (oui, je sais, elle est facile celle-ci). Oui, aujourd’hui, cher lecteur, chère lectrice, place à Lucifer !!!

Lucifer est une série américaine diffusé sur la FOX et adaptée du personnage de bande dessinée créé par Neil Gaiman, Sam Keith et Mike Dringenberg. 

Le pitch by Wikipédia : Fatigué d’être le « Seigneur des Enfers », Lucifer Morningstar abandonne son royaume et s’en va à Los Angeles où il est propriétaire d’une boîte de nuit appelé « Lux ». Lucifer a reçu le don de contraindre les gens à révéler leurs pensées les plus profondes. Un soir, Lucifer assiste au meurtre d’une chanteuse pop devant son club. Il décide donc d’aller à la recherche du coupable et croise sur son chemin une policière nommée Chloe Decker, qui résiste à son don et lui met des bâtons dans les roues. Pendant que Lucifer Morningstar et Chloe Decker font équipe pour trouver le meurtrier, Dieu envoie sur Terre l’ange Amenadiel pour convaincre Lucifer de retourner régner sur l’Enfer.

Alors oui, cela semble assez casse-gueule comme série et on peut se dire que cela peut vite être ridicule. Les créateurs le savent et assument pleinement leur personnage principal, leur volonté de s’amuser et de jouer avec le matériel mis à leur disposition. Je peux donc l’écrire : j’ai kiffé ces 13 premiers épisodes de Lucifer.

Je ne vais pas te mentir, cher lecteur, chère lectrice, le choix de l’acteur gallois Tom Ellis pour interpréter Lucifer Morningstar est un argument à lui seul. J’ignorais totalement l’existence de cet acteur avant de regarder la série et il est tout simplement parfait. Il cabotine à mort, il en fait des tonnes avec un naturel désarmant, son accent anglais particulièrement soigné est un ravissement et sa présence à l’écran ne fait aucun doute.

Il est le Diable et il le crie haut et fort, même si bien sûr, personne ne le croit, à commencer par l’inspectrice Chloe Decker. Comme il ne cache pas son attirance pour la jeune femme (bon, ok, il est attiré par tout le monde, homme ou femme, mais bien sûr, la relation entre ces deux-là ira bien plus loin que la simple tension sexuelle entre les deux personnages principaux).

Il est le Diable, mais il est avant tout un fils qui se rebelle contre son père et qui veut se construire sa propre identité, sa propre destinée. Et tout un tas de questionnements le traversent à chaque épisode sur ce qu’il est, ce qu’il veut être, sa relation aux autres. Il est d’ailleurs particulièrement bien aidé par une psy qu’il consulte d’abord par jeu, mais dont il va vite finir par apprécier l’expertise. Ce rôle de la psy est d’ailleurs intéressant, car alors qu’elle ne semble être au départ q’un artifice, un personnage bien secondaire incapable de résister au charme de Lucifer, elle prend de l’importance dans l’histoire et prend son indépendance. Lors des premières séances, envoûtée par Lucifer, elle se fait payer en couchant avec son client. Alors, oui, je sais, image bien dégradante de la femme qui se prostitue. Mais ce n’est vraiment pas le cas et ce n’est vraiment pas ainsi que le personnage est présenté. Elle est depuis le départ installée comme une psy compétente et il s’avère qu’elle décide d’assouvir son désir pour Lucifer, sans jamais perdre du vue qu’ils ont une relation thérapeute-patient. Et elle comprendra bien vite que cette situation ne peut pas durer et reviendra à un paiement plus conventionnel. Lucifer ne la considère absolument pas comme sa chose ou comme son esclave sexuelle. Il apprécie ses compétences, il la remercie pour ses précieux conseils, il lui fait confiance. La sexualité qui a pu exister entre eux a débuté et s’est terminée de façon très naturelle, sans que cela ne soit ce qui définisse leur relation.

De manière plus générale, la façon dont la sexualité est montrée dans Lucifer est fun et réjouissante. Alors bien sûr, on est sur Fox, pas sur HBO ou Starz, donc il n’y a pas de scènes de cul explicites. Mais Lucifer et son employée-démone Maze sont bisexuels et vivent leurs sexualités sans entrave. Leur bisexualité n’est jamais vraiment formulée mais elle est montrée à plusieurs reprises. Ces deux personnages sont des jouisseurs et miracle, lis ne sont pas dépeints comme des pervers. Pour eux, il n’y a rien de plus naturel que de vivre sa sexualité comme on l’entend, de s’amuser et de s’accepter tel qu’on est. Autre miracle, cette sexualité assumée et épanouie n’est pas qu’une simple excuse pour montrer des femmes nues (de toute façon, on est sur une chaîne de network, donc la nudité est très surveillée). Ok, ok, Lucifer est souvent montré torse nu, mais encore une fois, cela colle avec le personnage.

Autre bon point, les personnages masculins comme féminins sont dépeints avec leurs forces et faiblesses, leur vulnérabilité, leurs émotions, leurs capacités. Il n’y a pas d’un côté les hommes incapables de se questionner sur eux-mêmes, de se remettre en cause mais qui assurent grave et de l’autre des femmes qui ne font que se questionner sur elles-mêmes, se remettre en cause et qui ont besoin des hommes pour assurer grave. Mention toute spéciale à Trixie, 8 ans, la fille de l’inspectrice Decker. Une gamine absolument géniale dont chaque scène est réjouissante. Une petite fille drôle qui rêve de devenir la première présidente de Mars (ou gardienne de zoo), qui joue avec une princesse-ninja (poupée qui est princesse le jour et ninja la nuit) et qui ne peut résister à une part de gâteau au chocolat. Une petite fille bien loin des clichés qui fait un bien fou et une actrice absolument adorable.

La première saison vient de se terminer et inutile de préciser que je serai au rendez-vous de la saison 2 !

En cadeau, la meilleure ouverture d’épisode de cette première saison : Lucifer reprenant Sinnerman de Nina Simone. Enjoy !

Image de prévisualisation YouTube

 

Share

Une réflexion au sujet de « Lucifer : du fun garanti ! »

  1. Très bon article sur une série qui ne semble que divertissante au premier regard mais qui est plus profonde of course ! Comme tu l’as si bien écrit, il s’agit d’une quête d’identité d’un fils qui se rebelle contre son père. Tu as su dépeindre parfaitement les différents protagonistes. Moi aussi je suis fan de Trixie. Et bien sûr, j’ai succombé aux charmes divinement diaboliques de Tom Ellis.
    J’ai écouté et réécouté cette version de Sinnerman par cet acteur qui semble avoir reçu la visite de plus d’une fée dans don berceau.

    Rosement vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *