Mon heure de gloire a sonné (ou comment devenir célèbre sans passer par la case émission de télé-réalité)

Cher lecteur, chère lectrice, demain ne sera plus jamais pareil. Retiens bien cette date historique car dorénavant, tu pourras briller en société en te vantant de ne manquer aucun de mes merveilleux billets. Et si tu as l’immense honneur de me connaître, ne crains pas de voir de la jalousie poindre autour de toi.

Bien sûr, cher lecteur, chère lectrice, je t’imagine piaffer d’impatience et me supplier de t’expliquer comment ma magnificence est enfin apparue au yeux de tous. Je ne te fais donc pas plus attendre : j’ai été citée dans le Flash TOM n°2, excellente émission concoctée par les non moins excellents Dr No et John Plissken. Mais surtout, surtout, énorme cerise sur le gâteau, ce Flash TOM était consacré à mon chouchou Simon Astier qui m’a fait une petite dédicace.

Rassure-toi, cher lecteur, chère lectrice, je saurai garder la tête froide et ne pas glisser sur la pente du délire mégalomaniaque (je te donnerai plus tard mes tarifs de photos dédicacées).

Trêve de plaisanterie, je vous recommande chaudement cette interview très réussie de Simon Astier : il y est à la fois touchant et drôle, voire totalement déchaîné (surtout dans la deuxième partie). Pour les fans absolus d’Hero Corp, rien de bien nouveau sous le soleil, mais comme son frère Alexandre, il porte un regard très intéressant et sans concession sur son métier. Et puis, bon, accessoirement, on parle de moi à 17 : 40 et à 19 : 50 :p

Je remercie vivement le Dr No (que je félicite d’avoir relevé le défi de faire la toute première interview de toute sa vie et qui s’en très bien sorti) et John Plissken d’avoir pensé à moi et de m’avoir permis de poser une petite question. Et un grand merci à Simon Astier qui a eu la gentillesse de se prêter au jeu. Quand je vous dis que les Astier sont des hommes biens, je ne vous mens pas !

Allez, c’est parti !

Share

Vincent Cassel aurait fait un très bon Dexter

Non, non, non, cher lecteur, chère lectrice, je ne suis pas encore devenue totalement folle. Mais alors, pourquoi parler de Vincent Cassel sur un blog consacré aux séries ?

La raison est toute simple : j’ai vu Black Swan la semaine dernière. Je sais, je sais, pourquoi parler d’un film sur un blog consacré aux séries ? Sachez que ce film m’a totalement transportée et m’a amenée à développer une « Vincent Cassel monomania » passagère. D’interview en interview, de réflexion en réflexion, j’en ai conclu que ce qui me fascine chez lui, c’est ce qui me fascine chez Michael C Hall : leur façon de bouger et d’occuper l’espace.

Continuer la lecture de « Vincent Cassel aurait fait un très bon Dexter »

Share

J’ai les Mad Men dans la peau

Voilà un moment que je veux vous parler d’une série qui m’a époustouflée, j’ai nommé les magnifiques Mad Men. Aujourd’hui, c’est chose faite.

Cette série, cela fait plusieurs années que je me disais qu’il serait temps que je m’y mette : des critiques dithyrambiques, des récompenses en veux-tu, en voilà… Quelle était donc cette œuvre sublime ? Qui était ce Jon Hamm qui gagnait tous les Golden Globes du meilleur acteur à la place de Michael C Hall ?

L’été dernier, j’ai sauté le pas. Je ne m’en suis toujours pas remise.

Continuer la lecture de « J’ai les Mad Men dans la peau »

Share

À nous les petites anglaises !

Je sais, je sais, ce titre est on ne peut plus attendu et flirte avec les clichés les plus inavouables. Mais voilà, qu’il est bon parfois de se plonger avec volupté dans la pire des facilités !

Comme ce merveilleux titre le laisse entendre, cette semaine je vous parle de séries anglaises. Série anglaises que j’ai longtemps laissé de côté. Non pas par sectarisme envers les Britanniques (même si en fan de rugby qui se respecte, mon amour pour les Anglais est tout relatif), mais plutôt par méconnaissance. Car il faut bien le reconnaître, ce sont surtout les productions made in outre-Atlantique qui ont la cote.

Continuer la lecture de « À nous les petites anglaises ! »

Share