Bilan de Supergirl S2 à mi-saison : une dimension politique pleinement assumée

supergirl-season-2-poster-supergirl-2015-tv-series-39984589-408-500

En ce début décembre commence une terrible période pour les séripehiles fans de séries de network dont les saisons font plus de 20 épisodes : le hiatus de mi-saison qui dure quelques semaines. Inutile de te préciser cher lecteur, chère lectrice, que ces quelques semaines d’attente sont une torture, même si l’attente fait partie intégrante de la vie du sériephile (et de ma vie de sériephile en particulier). Et bien sûr, d’autre séries font leur apparition durant ce hiatus hivernal. Ce cher Lavoisier avait décidément raison : rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme.

Toutefois, ce hiatus est l’occasion de dresser un bilan de cette première moitié de saison. Cette saison 2 de Supergirl était attendue au tournant avec son passage de CBS sur la CW, et donc son intégration totale dans l’Arrowverse, composé d’Arrow, The Flash et Legends of Tomorrow, toutes trois diffusées sur la CW. De gros changements étaient annoncés d’un point de vue scénaristique et budgétaire (et oui, il y a moins de sous sur la CW) : départ de personnages dont l’immanquable Cat Grant, dû au refus de Calista Flockhart de tourner à Vancouver au lieu de Los Angeles, arrivée de nouveaux personnages permanents ou réguliers, dont Superman himself sous les traits sur parfait Tyler Hoeclin que j’avais beaucoup aimé dans Teen Wolf, nouvelles pistes et nouveaux développements des personnages principaux.

Sache, cher lecteur, chère lectrice, que je n’ai pas boudé mon plaisir durant ces huit premiers épisodes et que je peux même te l’écrire : j’ai adoré ces huit premiers épisodes. Après un double épisode d’ouverture particulièrement fun avec Superman, les choses sérieuses ont commencé très rapidement. Et parmi ces choses très sérieuses : une dimension politique. Je sais, je sais, a priori, une série comme Supergirl est à l’opposé d’une série comportant une dimension politique. Mais ce serait vraiment trop sous-estimer le sous-texte qui peut-être développé dans la pop culture. Et, toute proportion gardée, Buffy en est le parfait exemple. Certes, sur ce terrain, Supergirl fait figure d’exception aux côtés de ses camarades de la CW. En effet, aucune autre série de l’Arrowverse explicite aussi clairement un discours engagé (non, non, je n’ai pas peur d’utiliser ce mot). Arrow parle de rédemption. The Flash parle de l’entrée dans  l’âge adulte, d’apprendre de ses erreurs de la famille au sens large, de sang et de cœur. Legends of Tomorrow consiste essentiellement à s’éclater avec les voyages temporels (et cette saison 2, particulièrement fun, est à des années lumière de la précédente). Supergirl n’a bien sûr rien perdu de sa choupitude et de son ton très proche de celui de The Flash mais cette saison 2 promet d’explorer deux thèmes qui attisent les haines : l’origine et l’orientation sexuelle. Et qu’en 2016, une série vue par des enfants et des adolescents s’emparent sérieusement de ces thèmes est une très bonne chose.

Attention, ce billet comprend de gros spoilers.

Continuer la lecture

Share

Pourquoi j’aime tant les personnages de The Flash

flashdvd

Non, non, tu ne rêves pas cher lecteur, chère lectrice, après Supergirl, voici un billet sur The Flash, série de super-héros issu de l’univers DC. Je t’avoue que je suis la première surprise de mon emballement pour ces univers. Car vois-tu cher lecteur, cher lectrice, cela fait deux ans que l’on me vante les mérites de The Flash, spin-off d’Arrow. Mais vois-tu, je n’avais pas accroché à Arrow que j’avais abandonné en début de saison 1 donc, mon a priori était négatif. Et puis, en cette saison 2015-2016, j’ai tenté Legends of Tomorrow (autre spin-off dont les personnages sont à la fois issus d’Arrow et de The Flash) pour la seule présence d’Arthur Darvill (mon Rory d’amour dans Doctor Who). Et je n’ai pas accroché des masses à ce pilot, Arthur Darvill ou pas Arthur Darvill, et n’ai donc pas poursuivi. J’étais donc absolument persuadée que les séries récentes tirées de l’univers DC made in CW n’étaient pas ma came (je suis une sériephile pétrie de préjugés et de certitudes). Et puis, comme tu le sais, j’ai succombé au charme de Supergirl. Et il se trouve que Barry Allen (aka The Flash) fait une apparition dans l’un des épisodes de cette première saison et j’ai tout de suite adoré ce personnage. Et alors que j’étais en manque des personnages de Supergirl, j’ai forcément commencé The Flash dans la foulée (et repris Legends of Tomorrow. Et regardé les épisodes d’Arrow dans lesquels apparaît Barry Allen et d’autres personnages de The Flash). Bref, dès le pilot, j’étais mordue.

Continuer la lecture

Share

Mon ode à Chloe Sullivan, beau personnage trop souvent ignoré

 

30867_800

 

Et oui, cher lecteur, chère lectrice, sur Series addict, so what ?, tout est possible, y compris une billet en mode déclaration d’amour à l’un des personnages de Smallville, série pour ados de la CW débutée en 2001 et terminée en 2011. J’ai déjà écrit un billet où j’assumais déjà ma tendresse pour la série, mais pourquoi écrire sur Chloe Sullivan en ce jour de mars 2016 ?

La réponse est on ne peut plus claire, cher lecteur, chère lectrice : je suis faible et j’assume. NRJ12, la chaîne adepte des rediffusions à répétition, rediffuse actuellement l’intégralité de Smallville. Et de la même manière que je suis totalement incapable de résister aux continuelles rediffusions de Stargate SG-1 sur cette même chaîne, je n’ai pas résisté très longtemps aux sirènes de la nostalgie. Car, de la même manière qu’avec Stargate, me replonger dans Smallville, c’est me replonger 15 ans en arrière.

Lorsque j’ai découvert Smallville pour la première fois, j’avais une vingtaine d’années et je poursuivais des études pour devenir journaliste. Rien d’étonnant alors si dès que mes yeux se sont posés sur Chloe Sullivan, l’identification a été totale et le coup de cœur indéfectible. Et du haut de mes 35 ans, je prends pleinement conscience de la force et de la modernité de ce personnage, et mon amour pour elle ne fait qu’augmenter. Et pourtant, lorsque j’ai écrit un billet sur mes héroïnes préférées, je l’avais oubliée.

Voilà pourquoi j’ai eu envie aujourd’hui d’écrire un billet sur Chloe Sullivan et de rendre justice à tout ce qu’elle m’a apporté et m’apporte toujours d’ailleurs.

Continuer la lecture

Share