Série Series : combien de temps encore la fiction européenne va-t-elle nous mettre une claque ?

La semaine dernière, cher lecteur, chère lectrice, j’étais à Fontainebleau pour la 2e édition du festival Série Series. Au menu de ces quatre jours : projections, rencontres avec les équipes, débats, mais aussi la Journée de la création, centrée sur les enjeux de la création française. Ce festival se veut ouvert sur la production européenne et propose ainsi des séries scandinaves, britanniques, italiennes et s’intéresse également aux productions turques et espagnoles.

Il est plus qu’intéressant de découvrir ces séries, les enjeux qu’elles soulèvent. Et s’il est plus que réjouissant de voir que la créativité est reine en dehors de nos frontières, il est plus que frustrant de se rendre compte à quel point la production française a encore et toujours du mal à s’installer tout à fait.

Lire la suite

Share

Les artistes que l’on admire et la vision fantasmée que l’on en a

Twitter a du bon. Ce n’est pas seulement un endroit où l’on peut procrastiner à l’infini et perdre son temps avec délice entre liens, discussions et surtout douces bêtises. Twitter est aussi un endroit qui me donne des envies de billets (même s’ils n’ont rien de révolutionnaires. Mais en même temps, je fais ce que je veux sur mon blog. Et les billets non révolutionnaires font aussi partie du lot 😉 ).

Je m’explique.

Lire la suite

Share

Plongez avec délice dans l’Angleterre de Downton Abbey

Cher lecteur, chère lectrice, aujourd’hui, je brise la malédiction de la series addict en détresse qui n’a plus le temps d’écire un billet. Et pas n’importe lequel : un billet sur la série anglaise Donwton Abbey, dont la saison 2 vient de débuter.
Mes fidèles lecteurs et lectrices, savent déjà que les séries anglaises n’ont pas, a priori, ma préférence et que je les découvre depuis peu. Downton Abbey m’a été vantée encore et encore par une grande amatrice de séries d’outre-Manche (celle-là même qui m’avait chaudement recommandé Lost Girl, autant dire qu’il s’agit d’une personne de goût).

UN PITCH PAS FORCÉMENT FACILE

Nuit du 14 au 15 avril 1912 : le Titanic sombre tragiquement emportant avec lui le fiancé de Mary Crawley, l’héritier du domaine de Downton dans la campagne londonienne. À Downton, c’est la consternation : l’héritier disparu, l’ordre établi est bouleversé. Aucune des trois filles Crawley ne peut prétendre au titre, mais surtout la fortune ainsi que le domaine risquent d’être perdus au profit d’un lointain cousin, Matthew Crawley, “simple avocat”.

J’en vois déjà parmi vous froncer les sourcils et craindre une série poussiéreuse et ennuyeuse.

Détrompez-vous, c’est tout le contraire !

La production bénéficie d’un budget plus que conséquent offrant une reconstitution historique particulièrement bluffante. Mais surtout, ces débauches de moyens n’oublient pas l’essentiel : les personnages.

Lire la suite

Share

Les sériephiles adorent la rentrée

À moins de vivre au fond d’une grotte dans un univers parallèle à l’ère du paléolithique, vous n’avez pu échapper à l’info du moment : c’est la rentrée ! Le plus souvent, la rentrée, ce n’est pas très joyeux : il faut retourner sur les bancs de l’école, ou retrouver son boulot et ses collègues plus ou moins attrayants, ou encore comble du malheur, arpenter les rayons fournitures scolaires des supermarchés armés d’une liste aussi longue que compliquée pour que vos chers enfants puissent retourner sur les bancs de l’école (et accessoirement ne pas utiliser grand-chose de la fameuse liste aussi longue que compliquée).

Mais pour le sériephile, la rentrée est le meilleur moment de l’année. Enfin, nos séries préférées vont revenir pour une nouvelle saison. Enfin, les nouvelles séries annoncées qui nous font rêver ou qui nous intriguent depuis l’été vont être diffusés. En tant que sériephile, je n’échappe pas à la règle. Je compte les jours qu’il me reste à attendre avant de retrouver mes héros favoris, avec l’impatience d’une gamine la veille de Noël.

Lire la suite

Share