Mad Men et moi : amour fou, désillusion et retrouvailles

mad-men-cast-interview-grieving-the-end-ftr

Et oui, cher lecteur, chère lectrice, je ne pouvais pas passer à côté des adieux à Mad Men et je ne pouvais pas ne pas écrire un dernier billet sur Mad Men.

Mais je n’écrirai pas une critique sur ce dernier épisode. Parce que beaucoup de choses ont déjà été écrites avec talent un peu partout (je recommande fortement la critique signée Olivier Joyard pour les Inrocks). Parce que l’exercice de la critique pure n’est pas celui dans lequel je me sens le plus à l’aise.

Mad Men est une série avec laquelle j’ai eu une histoire intense et parfois compliquée. J’ai donc décidé de revenir sur ce roman sériephile de sept saisons.

Risque de spoilers élevé, vous voilà prévenu(e)s.

Continuer la lecture

Share

Les personnages féminins et leur sexualité

tumblr_mggh5xwyjg1rh5twko1_500

Tu n’as pas pu y échapper cher lecteur, chère lectrice, le samedi 8 mars était consacré aux droits des Femmes avec un grand F. Bien que je trouve que cette journée hypocrite et montrant surtout tout le chemin qu’il reste encore à faire, elle me donne une bonne raison de m’atteler à l’écriture d’un billet qui me trotte dans la tête depuis un bon moment déjà : la représentation de la sexualité des personnages féminins. Je sais, cher lecteur, chère lectrice, il s’agit d’un sujet aussi abyssal que casse-gueule. Mais que veux-tu, en bonne féministe, c’est une question qui m’interpelle.

N’ayant pas la prétention d’avoir vu toutes les séries du monde, d’avoir une parfaite connaissance de l’histoire de la représentation de la sexualité des personnages féminins et de fournir une analyse exhaustive, je m’appuie sur ce que je connais le mieux : les séries que j’ai vues et ce qui m’a dérangée ou non en découvrant le représentation de la sexualité de certains personnages féminins.

Continuer la lecture

Share

Mes moments de télé Épisode 4/6 : le malaise, la peur

Il est de ces billets, cher lecteur, chère lectrice, que tu découvres sur l’un de tes blogs préférés et qui te font tout de suite regretter de ne pas y avoir pensé. C’est ce qui m’est arrivé en découvrant et en savourant, semaine après semaine, les 100 moments de télé concoctés par la brillante équipe du Daily Mars.

Les passionnés ne manquent pas de qualités et les passionnés du Daily Mars ne dérogent pas à la règle : dans leur grande générosité, ils ont invité les sériephiles à partager à leur tour leurs moments de télé. La miss @amdsrs a proposé les siens sur son blog Un (é)cran de plus et j’ai décidé de faire de même ici.

Alors bien sûr, cher lecteur, chère lectrice, je ne te cache pas que ma première inquiétude a été de ne pas réussir à sortir de mes séries fétiches et donc de proposer des moments peu éclectiques. Mais au final, cette inquiétude n’avait pas vraiment lieu d’être, car ces billets n’ont pas pour but d’être objectifs, je ne me dois pas de balayer le spectre le plus large possible de séries. Ces billets doivent me ressembler. Il y a beaucoup de séries que je n’ai pas vues et que je ne verrai pas. Mes séries fétiches le sont parce qu’elles me transportent, alors il est normal qu’elles comportent la quasi-totalité de mes moments de télé. Toutefois, tu pourras trouver ici ou là quelques exceptions. Tu peux penser, cher lecteur, chère lectrice, qu’il est un peu facile (et réducteur) de ne retenir que les séries que j’ai vues le plus récemment. C’est vrai, mais si des moments mémorables ne me viennent pas spontanément de séries plus anciennes, c’est qu’à mes yeux, ils ne le sont pas tant que ça.

Afin d’organiser un minimum tout ceci, j’ai classé Mes moments de télé par thème.

SPOILER ALERT : si vous n’avez pas vu les séries ou les épisodes que j’évoque, que vous avez l’intention de les voir un jour et que le moindre spoiler vous est insupportable, la lecture de ces billets risque fort d’être périlleuse.

Épisode 4 : le malaise, la peur

Nous autres êtres humains amoureux des récits fictionnels, nous sommes parfois (ok, tout le temps, mais pour ce billet, on va dire parfois) des êtres bien étranges. Quoi de plus délicieux que de trembler de peur, de retenir son souffle, de résister à l’envie de se masquer les yeux ? Quoi de plus réjouissant que d’être chamboulé, d’être interrogé par ce que vivent nos personnages préférés ?

Continuer la lecture

Share

Mes moments de télé Épisode 1/6 : les masques tombent

Il est de ces billets, cher lecteur, chère lectrice, que tu découvres sur l’un de tes blogs préférés et qui te font tout de suite regretter de ne pas y avoir pensé. C’est ce qui m’est arrivé en découvrant et en savourant, semaine après semaine, les 100 moments de télé concoctés par la brillante équipe du Daily Mars.

Les passionnés ne manquent pas de qualités et les passionnés du Daily Mars ne dérogent pas à la règle : dans leur grande générosité, ils ont invité les sériephiles à partager à leur tour leurs moments de télé. La miss @amdsrs a proposé les siens sur son blog Un (é)cran de plus et j’ai décidé de faire de même ici.

Alors bien sûr, cher lecteur, chère lectrice, je ne te cache pas que ma première inquiétude a été de ne pas réussir à sortir de mes séries fétiches et donc de proposer des moments peu éclectiques. Mais au final, cette inquiétude n’avait pas vraiment lieu d’être, car ces billets n’ont pas pour but d’être objectifs, je ne me dois pas de balayer le spectre le plus large possible de séries. Ces billets doivent me ressembler. Il y a beaucoup de séries que je n’ai pas vues et que je ne verrai pas. Mes séries fétiches le sont parce qu’elles me transportent, il est donc normal qu’elles comportent la quasi-totalité de mes moments de télé. Toutefois, tu pourras trouver ici ou là quelques exceptions. Tu peux penser, cher lecteur, chère lectrice, qu’il est un peu facile (et réducteur) de ne retenir que les séries que j’ai vues le plus récemment. C’est vrai, mais si des moments mémorables ne me viennent pas spontanément de séries plus anciennes, c’est qu’à mes yeux, ils ne le sont pas tant que ça.

Afin d’organiser un minimum tout ceci, j’ai classé Mes moments de télé par thème.

SPOILER ALERT : si vous n’avez pas vu les séries ou les épisodes que j’évoque, que vous avez l’intention de les voir un jour et que le moindre spoiler vous est insupportable, la lecture de ces billets risque fort d’être périlleuse.

Épisode 1 : les masques tombent

Qu’il est agréable de découvrir un personnage que l’on aime regarder en face qui il/elle est, tomber le masque et nous proposer des scènes forcément marquantes.

Continuer la lecture

Share

Rendez-moi un Don Draper malheureux, névrosé et Jaime Lannister !

Aujourd’hui, cher lecteur, chère lectrice, point de billet enflammé à la gloire d’une série qui a fait battre mon cœur récemment. Car aujourd’hui, cher lecteur, chère lectrice, mon cœur est à la déception et non à l’allégresse. Je suis fan de Mad Men, j’ai adoré la première saison de Game of Thrones. Et pourtant, alors que la saison 5 des publicitaires de Madison Avenue et la saison 2 des comploteurs de Westeros se sont achevées il y a peu, me voilà bien embêtée de reconnaître cette terrible vérité : ces saisons m’ont moins plu.

Je ne peux guère blâmer leur qualité, ni leur reprocher de ne pas être dans l’esprit des précédentes. L’écriture, l’atmosphère, la douce désespérance de Mad Men sont toujours présentes en cette saison 5. Les complots, dialogues, personnages à profusion font toujours le plein dans la saison 2 de Game of  Thrones. Tous les éléments que j’ai aimés sont réunis et pourtant, pourtant, la magie n’a pas opéré comme je l’aurais souhaité. Je dirai que la déception est encore plus grande pour Game of Thrones, mais le constat est le même : mon petit cœur de sériephile n’a pas vibré durant ces quelques semaines de visionnage. Et pour une sériephile à tendance monomaniaque obsessionnelle, on n’est pas loin du drame !

SPOILER ALERT : si vous n’avez pas vu la saison 5 de Mad Men et la saison 2 de Game of Thrones, ce qui suit est périlleux.

Continuer la lecture

Share