Petit retour sur mon Astier Con

Cher lecteur, chère lectrice, tu ne le sais peut-être pas, mais Comic Con Paris 4e du nom a eu lieu du 5 au 8 juillet au parc des expositions de Villepinte. En bonne sériephile monomaniaque à tendance obsessionnelle, je suis cet événement depuis la… 3e édition (et oui, que voulez-vous, mon état s’est grandement aggravé à l’aune de l’année 2011). Alors oui, cela a eu lieu la semaine dernière, Internet est censé être le media de l’immédiateté, mais voilà, le temps file à toute allure sans que je puisse en attraper la moindre bribe et ces quatre jours m’ayant laissé dans un état qui n’avait rien à envier à un zombie qui n’aurait pas croqué de la chair fraîche depuis quelques décennies, je ne m’y attelle que maintenant.

Et là, cher lecteur, chère lectrice, si tu as été un tant soit peu attentif et attentive (et je ne doute absolument pas que mes lecteurs aient l’esprit affûté), tu te demandes pourquoi je parle d’Astier Con et non de Comic Con dans le titre de ce billet. Je te répondrai que cette question 1) est parfaitement pertinente et 2) témoigne de ton esprit affûté et de ton attention. Pour être tout à fait honnête, ce titre est une sorte d’hommage à Joshua Jackson et son Pacey-Con de 2010. Cette année, mon Comic Con a été presque exclusivement marqué par les frères Astier. Une bénédiction en somme.

Continuer la lecture de « Petit retour sur mon Astier Con »

Share

Que l’aventure Season One commence !

L’année 2012 commence de la plus belle des manières : me voici, une fois par mois, au générique du podcast audio Season One. Alexandre et Sophie ont souhaité remanier l’émission en invitant de nouvelles voix et ils ont eu la gentillesse (ou inconscience) de penser à moi. Merci à eux deux pour leur confiance, je vais tâcher de dire le moins de bêtises possible (mais il en restera toujours une ou deux au passage je le crains).

Pour la première de l’année, nous parlons d’une série chère à mon coeur  : Downton Abbey.

Trêve de bavardage, ça se passe ici : Season One Le Podcast Episode 119 : Le jour du naufrage

P.S. : c’est quand même la super classe de faire partie de la joyeuse bande de podcasteurs made in Nowatch. Oui, je me la pète, so what ?

Share