Ainsi soient-ils, une série française qui va dans le bon sens

Photo : François Rousseau

La semaine dernière a eu lieu la troisième édition du Festival Séries Mania au Forum des Images à Paris. Un rendez-vous d’une semaine où le sériephile curieux peut découvrir des productions sur grand écran, rencontrer des créateurs, des acteurs, assister à des tables rondes. En clair, un rendez-vous que je n’ai pas manqué.

Durant cette riche semaine, j’ai découvert les deux premiers épisodes d’Ainsi soient-ils, dernière production d’Arte qui arrivera sur nos petits écrans en octobre prochain. Au départ, le pitch semble bien austère : on suit le parcours de cinq jeunes hommes entrant au séminaire des Capucins afin de devenir prêtres. Un séminaire tenu par le père Fromenger (Jean-Luc Bideau), ancien prêtre-ouvrier et très progressiste, mais qui ne manque pas d’orgueil. Orgueil et idées progressistes qui le mènent souvent à l’affrontement avec monseigneur Roman (Michel Duchaussoy), cardinal de son état et qui a pour ambition d’être élu par les évêques à la tête de l’église de France.

Je te le dis tout net, cher lecteur, chère lectrice, la religion n’est pas vraiment mon terrain de prédilection comme je l’écrivais ici. C’est donc avec une certaine appréhension que j’ai jeté un œil dans cet univers, peu convaincue de réussir à m’y plonger. Mes craintes ont assez vite été balayées, laissant la place à une très agréable surprise.

Lire la suite

Share

Avec Les Beaux Mecs, France 2 mise enfin sur ses séries ?

Vous êtes peut-être passés à côté de l’info de la semaine : mercredi 16 mars, France 2 diffuse en prime time les deux premiers épisodes de sa série événement Les Beaux Mecs.
Là, vous vous dites que quelque chose cloche. France 2 et sa série événement dans la même phrase, c’est impossible. Il est vrai que ces dernières années, la chaîne (et le service public dans son ensemble) ont joué très discrètement la carte des séries : sujets et traitements conventionnels, promotion minimum.

Mais en cette année 2011, la donne semble avoir changé. Présentés au Festival international des programmes audiovisuels au début de l’année à Biarritz, Les Beaux Mecs ont fait forte impression. Et depuis, France 2 soigne sa communication.
Fini les simples bande-annonces, le service public utilise Internet ! Depuis quelque temps, la chaîne a mis les petits plats dans les grands sur son portail pour présenter les séries qu’elle diffuse. Le site consacré aux Beaux Mecs a de la gueule : animations, synopsis, interviews écrites et vidéos, bonus, quizz, guides des épisodes et des personnages, forum, rien ou presque ne manque.
Mais surtout, France 2 a choisi de faire le buzz en proposant de découvrir le premier épisode de la série une semaine avant sa diffusion. Le procédé n’est pas nouveau : Canal + proposait de regarder sur son site le premier épisode des dernières saisons d’Engrenages et de Mafiosa en même temps que sa diffusion. Le but est simple : appâter le téléspectateur et lui donner envie de s’abonner. Du côté de France 2, il s’agit plus de capter un public plus jeune qui n’aime plus devoir attendre une certaine heure pour regarder une série.

La communication a changé, mais le fond également. Les Beaux Mecs, ce n’est pas une série habituelle.
Elle raconte 50 ans de grand banditisme à travers l’histoire de Tony le Dingue. Tony le Dingue purge tranquillement sa peine de prison, mais le voilà qui profite de l’évasion de son compagnon de cellule, Kenz, petite frappe des cités sans envergure, pour se faire la malle. Les voilà également contraints de cavaler ensemble, eux qui n’ont rien en commun.
J’ai regardé le premier épisode. Bien sûr, ce n’est pas parfait, bien sûr, ce n’est ni Le Parrain, ni Les Sopranos. Mais les dialogues sont réussis, le personnage de Tony complexe et mystérieux à souhait. Et surtout, la mise en scène est subtile, amenant intelligemment les flash-backs en partant du principe que le téléspectateur est loin d’être bête. A priori, la série n’a pas été écrite pour avoir une deuxième saison et l’histoire trouvera sa conclusion au huitième épisode.

Je ne sais pas si le reste de la série est réussi, mais j’ai envie de le découvrir et ça, c’est déjà beaucoup.

Si vous voulez en savoir plus sur la série, je vous recommande le prochain dossier du site Le Village qui va sûrement valoir le coup.

Mais France 2 ne s’arrête pas là.

Je vous ai déjà parlé de Signature, dont la diffusion ne devrait pas tarder. Encore un sujet inhabituel et une mise en scène qui promet de l’être tout autant. Là encore, l’histoire se clôturera au dernier épisode.
Cette série bénéficiera-t-elle du même plan comm ? Seul l’avenir nous le dira.

Le vendredi 25 mars, c’est Empreintes criminelles qui débarque sur France 2. Le pitch est plutôt intéressant : la naissance de la police scientifique dans les années 20 à Paris. Je ne sais pas du tout ce que cela va donner, mais le générique fort réussi est bien loin des Brigades du Tigre 😉 (attention, j’étais très fan des Brigades du Tigre gamine).

Share

La France, pays maudit pour les series addicts ?

Lorsqu’on est series addict, on est surtout fan de séries américaines. Mais qu’en est-il de la production hexagonale ? Autant vous dire tout de suite que c’est pas vraiment gagné…

La tradition de la série policière plan-plan
Pendant longtemps, TF1 et France Télévisions se sont cantonnées aux séries policières bien tranquilles, aux héros classiques et sans grand relief : Commissaire Moulin, Navarro, Julie Lescaut, Cordier juge et flic, Une femme d’honneur, Femmes de loi, Alice Nevers, le juge est une femme, PJ, La crim, Central Nuit, Avocats et associés, Boulevard du Palais, Central Nuit, Le groupe flag, Quai N°1…
Toutes ces séries n’étaient pas des catastrophes (j’ai regardé à plusieurs reprises PJ et La crim), mais le ton restait bien policé. La prime revient aux productions TF1, franchement pas enthousiasmantes, mais faisant des cartons d’audience : donc à quoi bon tenter d’améliorer la qualité puisque ça marche ?

Lire la suite

Share