Le duo Sherlock/Watson, la belle réussite d’Elementary

Souviens-toi, cher lecteur, chère lectrice, il y a presque un an, je te parlais d’Elementary alors que le premier trailer était disponible. Et en bonne fan hystérique de Sherlock, j’étais assez sceptique sur ce projet. Comment ?Souviens-toi, cher lecteur, chère lectrice, il y a quelques mois, je te parlais d’Elementary alors que sa diffusion était sur le point de commencer sur CBS. Et en bonne fan hystérique de Sherlock, j’étais assez sceptique sur ce projet. Comment ? Les Américains osent copier ma série chouchoute ? Comment ? Comble de l’hérésie, les Américains ont fait de Watson une femme sous les traits de Lucy Liu ? Les images du trailers étaient plutôt sympathiques, mais la suspicion restait de mise et les craintes de voir se développer une tension sexuelle entre Sherlock et Watson toujours présente. Je t’avais promis, cher lecteur, chère lectrice, de revenir sur la série une fois que j’aurai vu quelques épisodes. 24 épisodes plus tard, le verdict est clair : j’ai aimé Elementary. J’ai aimé ce duo Sherlock/Waston.

Continuer la lecture

Share

Mes moments de télé Épisode 6/6 : du fun, du fun, du fun

Il est de ces billets, cher lecteur, chère lectrice, que tu découvres sur l’un de tes blogs préférés et qui te font tout de suite regretter de ne pas y avoir pensé. C’est ce qui m’est arrivé en découvrant et en savourant, semaine après semaine, les 100 moments de télé concoctés par la brillante équipe du Daily Mars.

Les passionnés ne manquent pas de qualités et les passionnés du Daily Mars ne dérogent pas à la règle : dans leur grande générosité, ils ont invité les sériephiles à partager à leur tour leurs moments de télé. La miss @amdsrs a proposé les siens sur son blog Un (é)cran de plus et j’ai décidé de faire de même ici.

Alors bien sûr, cher lecteur, chère lectrice, je ne te cache pas que ma première inquiétude a été de ne pas réussir à sortir de mes séries fétiches et donc de proposer des moments peu éclectiques. Mais au final, cette inquiétude n’avait pas vraiment lieu d’être, car ces billets n’ont pas pour but d’être objectifs, je ne me dois pas de balayer le spectre le plus large possible de séries. Ces billets doivent me ressembler. Il y a beaucoup de séries que je n’ai pas vues et que je ne verrai pas. Mes séries fétiches le sont parce qu’elles me transportent, alors il est normal qu’elles comportent la quasi-totalité de mes moments de télé. Toutefois, tu pourras trouver ici ou là quelques exceptions. Tu peux penser, cher lecteur, chère lectrice, qu’il est un peu facile (et réducteur) de ne retenir que les séries que j’ai vues le plus récemment. C’est vrai, mais si des moments mémorables ne me viennent pas spontanément de séries plus anciennes, c’est qu’à mes yeux, ils ne le sont pas tant que ça.

Afin d’organiser un minimum tout ceci, j’ai classé Mes moments de télé par thème.

SPOILER ALERT : si vous n’avez pas vu les séries ou les épisodes que j’évoque, que vous avez l’intention de les voir un jour et que le moindre spoiler vous est insupportable, la lecture de ces billets risque fort d’être périlleuse.

Mes moments de télé Épisode 6 : du fun, du fun, du fun

C’est vrai cher lecteur, chère lectrice, que j’aime particulièrement les séries sombres et tristes, les personnages névrosés, les intrigues tragiques. Mais j’aime aussi m’amuser et lorsque le sourire ou le rire arrivent spontanément au détour d’une scène ou d’une réplique, j’en redemande !

Continuer la lecture

Share

Mes moments de télé Épisode 5/6 : l’émotion, le frisson

Il est de ces billets, cher lecteur, chère lectrice, que tu découvres sur l’un de tes blogs préférés et qui te font tout de suite regretter de ne pas y avoir pensé. C’est ce qui m’est arrivé en découvrant et en savourant, semaine après semaine, les 100 moments de télé concoctés par la brillante équipe du Daily Mars.

Les passionnés ne manquent pas de qualités et les passionnés du Daily Mars ne dérogent pas à la règle : dans leur grande générosité, ils ont invité les sériephiles à partager à leur tour leurs moments de télé. La miss @amdsrs a proposé les siens sur son blog Un (é)cran de plus et j’ai décidé de faire de même ici.

Alors bien sûr, cher lecteur, chère lectrice, je ne te cache pas que ma première inquiétude a été de ne pas réussir à sortir de mes séries fétiches et donc de proposer des moments peu éclectiques. Mais au final, cette inquiétude n’avait pas vraiment lieu d’être, car ces billets n’ont pas pour but d’être objectifs, je ne me dois pas de balayer le spectre le plus large possible de séries. Ces billets doivent me ressembler. Il y a beaucoup de séries que je n’ai pas vues et que je ne verrai pas. Mes séries fétiches le sont parce qu’elles me transportent, alors il est normal qu’elles comportent la quasi-totalité de mes moments de télé. Toutefois, tu pourras trouver ici ou là quelques exceptions. Tu peux penser, cher lecteur, chère lectrice, qu’il est un peu facile (et réducteur) de ne retenir que les séries que j’ai vues le plus récemment. C’est vrai, mais si des moments mémorables ne me viennent pas spontanément de séries plus anciennes, c’est qu’à mes yeux, ils ne le sont pas tant que ça.

Afin d’organiser un minimum tout ceci, j’ai classé Mes moments de télé par thème.

SPOILER ALERT : si vous n’avez pas vu les séries ou les épisodes que j’évoque, que vous avez l’intention de les voir un jour et que le moindre spoiler vous est insupportable, la lecture de ces billets risque fort d’être périlleuse.

Épisode 5 : l’émotion, le frisson

La magie de la fiction est de nous emmener ailleurs, de nous faire vivre de merveilleuses aventures, de nous faire ressentir de belles émotions. Une drogue dont je ne veux surtout pas me sevrer.

Continuer la lecture

Share

Mes moments de télé Épisode 3/6 : des larmes sur mes joues

Il est de ces billets, cher lecteur, chère lectrice, que tu découvres sur l’un de tes blogs préférés et qui te font tout de suite regretter de ne pas y avoir pensé. C’est ce qui m’est arrivé en découvrant et en savourant, semaine après semaine, les 100 moments de télé concoctés par la brillante équipe du Daily Mars.

Les passionnés ne manquent pas de qualités et les passionnés du Daily Mars ne dérogent pas à la règle : dans leur grande générosité, ils ont invité les sériephiles à partager à leur tour leurs moments de télé. La miss @amdsrs a proposé les siens sur son blog Un (é)cran de plus et j’ai décidé de faire de même ici.

Alors bien sûr, cher lecteur, chère lectrice, je ne te cache pas que ma première inquiétude a été de ne pas réussir à sortir de mes séries fétiches et donc de proposer des moments peu éclectiques. Mais au final, cette inquiétude n’avait pas vraiment lieu d’être, car ces billets n’ont pas pour but d’être objectifs, je ne me dois pas de balayer le spectre le plus large possible de séries. Ces billets doivent me ressembler. Il y a beaucoup de séries que je n’ai pas vues et que je ne verrai pas. Mes séries fétiches le sont parce qu’elles me transportent, alors il est normal qu’elles comportent la quasi-totalité de mes moments de télé. Toutefois, tu pourras trouver ici ou là quelques exceptions. Tu peux penser, cher lecteur, chère lectrice, qu’il est un peu facile (et réducteur) de ne retenir que les séries que j’ai vues le plus récemment. C’est vrai, mais si des moments mémorables ne me viennent pas spontanément de séries plus anciennes, c’est qu’à mes yeux, ils ne le sont pas tant que ça.

Afin d’organiser un minimum tout ceci, j’ai classé Mes moments de télé par thème.

SPOILER ALERT : si vous n’avez pas vu les séries ou les épisodes que j’évoque, que vous avez l’intention de les voir un jour et que le moindre spoiler vous est insupportable, la lecture de ces billets risque fort d’être périlleuse.

Épisode 3 : des larmes sur mes joues

La magie de toute fiction est de nous faire croire que les personnages dont nous suivons les aventures sont réels. Un lien se créé entre eux et nous, ils font partie de nos vie durant un chapitre, un livre, un épisode, une ou plusieurs saisons. Plongés dans leur univers, ce qui leur arrive nous arrive aussi. Je suis une series addict. Je suis tout autant addict aux émotions fortes que les personnages que j’aime tant me font ressentir.

Continuer la lecture

Share

Steven Moffat, incorrigible misogyne ? Part One : Sherlock

Ah, ce Steven Moffat, fieffé scénariste écossais, n’en finit pas d’attiser les contrastes. Tantôt adulé (je reconnais que je suis une fangirl de base, même si j’admets ses gimmicks. Ok, ok, même ces gimmicks, je n’arrive pas à les détester), tantôt fortement critiqué, il est certain qu’il ne laisse pas indifférent.

Hormis les critiques sur son style, il en est une qui revient assez souvent : Steven Moffat est un misogyne en puissance et ses personnages féminins en sont la preuve absolue. Le personnage qui a le plus cristallisé de critiques est celui d’Irene Adler dans Sherlock. Critique évoquée dès le lendemain de la diffusion de l’épisode A Scandal in Belgravia par une journaliste du Guardian il y a maintenant un an. Mais alors pourquoi y revenir aujourd’hui dans ce billet ? Il se trouve que l’un de mes fidèles followers a attiré hier mon attention sur cet article publié (par un homme cette fois-ci) sur le site Le cinéma est politique. Cet article reprend l’idée générale de la tribune du Guardian, et ajoute un nouveau crime : Moffat serait aussi coupable de lesbophobie. J’ai donc décidé de me poser un moment pour réfléchir à ces critiques.

Sache cher lecteur, chère lectrice, que le féminisme est une cause que je défends dès que j’en ai l’occasion et mon entourage peut parfois me trouver excessive dans ma démarche. Alors, lorsque Sherlock est taxé de misogynie grossière, d’antiféminisme, cela m’interpelle forcément. Serai-je tellement aveuglée par mon amour pour la série et pour son cocréateur que je ne serai pas capable de voir que cet épisode, ces personnages m’avilissent en tant que femme ? Serai-je une nouvelle fois la victime de cette société aux valeurs patriarcales si profondément ancrées dans son histoire ?

C’est donc avec l’esprit le plus démarqué de ma fangirl attitude façon monomaniaque obessionnelle dont je puisse être capable que j’ai décidé de me poser des questions. Dans cette première partie, je décortique le cas Sherlock. Dans une deuxième partie, je me pencherai sur les autres personnages féminins imaginés par Moffat durant sa carrière.

Continuer la lecture

Share