Six Feet Under Nos vies sans destin, un livre à dévorer

 » Six Feet Under m’a appris à pleurer.  » Telle est la très jolie phrase qui débute le livre Six Feet Under Nos vies sans destin signé Tristan Garcia et édité aux PUF. Cette phrase, qui semble avoir été écrite pour moi, est à l’image de ce livre : il met en mots ce que j’ai ressenti en regardant cette série. Il met en mots les causes de cet attachement si particulier et si profond pour ces personnages qui le sont tout autant, particuliers et profonds.

Mais commençons par le commencement. Un jeudi d’octobre, j’allume ma radio branchée sur France Inter et j’entends des mots magiques qui sonnent si doux à mes oreilles : Alan Ball, les Fisher, Six Feet Under. J’arrête immédiatement toute activité, m’installe confortablement sur mon canapé et boit les paroles de l’invité venu parler de cette série que j’aime tant. L’invité en question est Tristan Garcia, jeune philosophe et écrivain. L’émission en question est Ouvert la nuit présentée par Alexandre Héraud (à partir de 9 : 30) . Je suis tout de suite enchantée par les idées développées par l’auteur et son amour pour la série qui transparaît dans chacune de ses phrases. Il n’est nullement question d’un philosophe se penchant sur une série parce que cela fait bien d’être un philosophe se penchant sur une série. Il s’agit avant tout d’un homme qui a été emporté par Six Feet Under, ces personnages, ces histoires, ces destins. Et en tant que philosophe, il questionne les raisons de cet attachement.

Continuer la lecture

Share